Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de La Faille de Gildar par Priad

Publié le Mercredi 28 août 2013

Primus inter pares, marmonna l’apothicaire. Ses compagnons reprirent ses mots en chœur. « Nous sommes les Silver Skulls, premiers parmi l’élite. »
Son sourire s’élargit et il brandit sa hache.
– Il est temps de mourir ! annonça-t-il.
Il se jeta au combat en poussant un rugissement bestial. Sa détermination à annihiler ses ennemis était intacte ; il allait en emmener autant que possible avec lui dans la tombe avant de se présenter face à l’Empereur.

Le roman nous fait voyager dans la faille de Gildar, une zone de l’espace traversant le système de Gildar reconnue pour être très dangereuse. Entre attaques pirate et disparitions de vaisseaux, la faille ressemble d’avantage à un cimetière de vaisseaux qu’à une véritable voie commerciale.
C’est pourtant dans cette optique que la faille de Gildar est régulièrement traversée, le système attirant d’ailleurs beaucoup de monde pour la richesse de ses ressources en promethium.

C’est dans ce contexte que nous suivons les Silver Skulls, Chapitre Space Marine prenant très à cœur la protection des vaisseaux dans le secteur. Ainsi,  lorsqu’un ennemi apparait, les Space Marine se font une affaire personnelle de débarrasser le système de ces vils pirates, dans notre cas néanmoins ils n’étaient pas préparés à tomber sur les Red Corsairs, Chapitre renégat de Space Marine du Chaos et leur chef bien connu, Huron Sombrecoeur.
La bataille pour la faille de Gildar peut commencer.

Première impression au bout de quelques pages seulement de lecture est que l’auteur  écrit agréablement. Loin d’avoir un style original ou très prenant, elle assure un phrasé classique mais maitrisé. Ainsi,  Là où certains auteurs peuvent être irréguliers dans un même bouquin et enchainer les moments de bravoure aux côtés de scènes d’un creux abyssal, ici Cawkwell nous offre une régularité d’écriture exemplaire. Il est vrai que peu de moments grandioses accompagnent le livre, mais l’ennui n’est jamais de rigueur et l’on se laisse facilement happer dans cette histoire somme toute sans surprise.

Les personnages ne sont pas nombreux (à peu près une quinzaine), rendant le récit facile à suivre mais apportant tout de même un peu de background. Nous suivrons le capitaine Daerys Arrun de la 4ème compagnie, ainsi qu’un techmarine et un apothicaire. Passé la première centaine de pages vous connaitrez tout le monde sans problème, les caractères étant marqués d’un protagoniste à l’autre. Difficile de confondre nos héros donc et l’on comprend facilement les actes de chacun dans la bataille, un bon point lorsque l’on sait que ce n’est pas toujours le cas dans les romans Space Marine Battles.  En parallèle j’ai tout de même été déçu par le Tyran de Badab qui manquait globalement de charisme et par ses Red Corsairs pas toujours très réactifs.

Le livre nous présente tout de même un chapitre peu connu qu’est celui des Silver Skulls et même si l’on aura droit à quelques détails sur les prognosticators l’ensemble est véritablement avare en informations. Nous suivrons en parallèle l’achèvement d’un projet audacieux au sein du Chapitre, appelé Renaissance. Même si  S.P. Cawkwell nous délivre certaines informations, il sera difficile de deviner l’intérêt d’un tel projet avant son aboutissement mais l’attente en vaudra le coup.

Tantôt dans l’espace, tantôt sur Gildar Secundus, ce roman réussit à nous faire passer un bon moment, nous contant une bataille accueillant peu de surprises mais suffisamment bien rythmée pour ne pas décrocher. On ne tient pas là un chef d’œuvre mais un bon livre accompagné de bonnes idées.

Les plus

  • Prendre comme chapitre les Silver Skulls renouvèle un peu le roman, éveillant notre intérêt pour ces Astartes appartenant à la seconde fondation.
  • Le livre n’est pas tout à fait un siège et nos héros ont une approche plutôt offensive contre les Red Corsairs, comme lors du duel de psyckers.
  • Le roman a un rythme très régulier et l’on ne sombre jamais ni dans l’ennuie, ni dans l’extrême suspense.
  • S.P Cawkwell offre un récit s’adressant aux personnes qui ne connaitraient pas cet univers, décrivant jusqu’au caractéristique les plus basiques des Space Marines.

Les moins

  • Le livre n’offre que peu de moments intenses.
  • Le manque de fluff est dommageable à la qualité générale du roman.
  • La fin aurait pu être plus travaillée.
3/5
La Faille de Gildar est trop classique pour être un must have mais est loin d’être mauvais. Reste un bon livre nous contant sans effort une belle bataille aux personnages attachants.