Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de La Mort d'Integrity par Priad

Publié le Samedi 1 février 2014

 — A l’intention du bâtiment du Mechanicus. Dégagez immédiatement cette zone. Vous interférez avec les affaires des chapitres des Blood Drinkers et des Novamarines de l’Adeptus Astartes. Si vous ne vous exécutez pas, votre saut Warp hasardeux sera considéré comme une attaque et nous ouvrirons le feu.
 — A-t-il vraiment conscience de ce qu’il dit ? souffla Ranial en observant l’arsenal dont le navire de l’Adeptus Mechanicus était hérissé.
Ce dernier ne tarda pas à répondre sur le vox général de la flotte des spaces marines. Le message ne sembla pas parasité par la proximité de l’étoile.
 — Ici le seigneur magos explorateur Vardoman Plosk de l’Adeptus Mechanicus. Cessez immédiatement le feu contre le Space Hulk baptisé La Mort d’Integrity.

La Mort d’Integrity est le 11ème tome de la série Space Marine Battles, une série qui jusque là m’a toujours donné un profond sentiment d’inégalité entre les romans. Ma première impression, avant même d’entamer le livre, n’était donc pas des plus positives, la quatrième de couverture mentionnant que l’action se passerait dans un Space Hulk. Proposer une énième histoire dans un Space Hulk, après tout ce que nous avions pu déjà lire sur le sujet était à mes yeux une idée extrêmement dangereuse, voir audacieuse. Seulement, Guy Haley n’en est pas à son premier roman et à même déjà participé à la saga de l’Hérésie d’Horus avec Strike and Fade, un audio drama d’une dizaine de minute. Son premier roman pour la Black Library, Baneblade, sortira d’ailleurs dans quelques mois. Ainsi je me surpris à suivre les aventures des Blood Drinkers et des Novamarines dans ce Space Hulk, au combien important, que l’on nomme La Mort d’Integrity.

Ainsi, Guy Haley aurait-il relevé le défi ?

Ne pouvant réfréner mon engouement, la réponse est oui. Tout d’abord car le challenge était de taille et l’auteur se devait de nous plonger dans une ambiance claustrophobique où le moindre coin sombre peut représenter une menace potentiel. Ensuite car les romans de la série SMB m’ont rarement interpellé par leur scénario et leurs rebondissements. L’idée était donc de faire du neuf avec du vieux, reprenant des éléments déjà connus afin de les utiliser à bon escient.

La Mort d’Integrity n’est donc pas simplement une histoire d’infestation de genestealers, impliquant le chapitre des Blood Drinkers et des Novamarines. C’est un roman à suspens utilisant savamment le contexte de warhammer 40K pour nous servir un très bon moment de science fiction. Les interrogations fusent dès les premières pages après que nos deux chapitres aient décidé de s’allier afin de détruire ce Space Hulk. L’arrivée du Mechanicus  changera d’ailleurs pas mal la donne puisque ses (véritables) enjeux resteront secrets pendant une grande partie du roman. Car La Mort d’Integrity représente une très grande menace, alors pourquoi vouloir y envoyer des Space Marines ?
Ce jeu d’ombre et de masque ne fut pas sans me rappeler Priest of Mars, un roman que nous ne ne saurions trop vous conseiller. C’est donc avec beaucoup de questions en tête qu’il vous faudra aller de l’avant et continuer la lecture de ce livre, un sentiment aussi partagé par plusieurs personnages.

Guy Haley vous gratifiera d’un certain nombre de scènes marquantes, la première sortie dans le Space Hulk étant un des moments forts, la mission étant de mapper le vaisseau au maximum. L’auteur relancera d’ailleurs l’histoire dans la seconde partie du roman grâce à quelques nouveaux éléments dont je me dois de taire la nature. Les combats, dans ces couloirs froids et abandonnés, auront un certain panache, deux des quatre pages couleurs au centre du roman vous illustrant une scène de combat contre les genestealers, à la manière d’un jeu de rôle. L’action sera bien présente car n’oublions pas que l’on est face à un roman Space Marine Battles, mais les moments de calme et les dialogues sauront aussi vous apporter grande satisfaction.

Dans le même temps le chapitre des Blood Drinkers sera mis en avant au travers de Holos, un personnage ayant eu un grand rôle dans la survie du chapitre même. Certains flash back viendront nous conter son histoire et compléter le fluff par la même occasion. Du côté des Novamarines, on se méfiera de toute cette histoire et de l’impétuosité des Blood Drinkers. Le Mechanicus quant à lui, se gardera bien de révéler la vraie raison de sa présence. Le vaisseau La Mort d’Integrity, lieu d’action principal, tirera aussi sa carte du jeu, l’auteur ayant mis un soin tout particulier à nous le présenter comme extrêmement dangereux à cause de ses radiations.

Arrivant à la fin de la critique, vous remarquez que les Tyranides n’ont pas encore été mis à l’honneur. Et bien sachez que malgré leur présence indiscutable, le bestiaire sera très limité. Les Genestealers étant l’avant garde d’une ruche, on ne s’étonnera pas de ne rencontrer qu’eux dans ces couloirs confinés, même si l’on pourra finir par s’en lasser un peu. Heureusement l’auteur saura ne pas vous oubliez et rebondir une fois encore.

Je ne peux cacher que ce roman est le meilleur qu’il m’ait été donné de lire dans la série des SMB jusque là, un must have pour tous les fans de récit Space Hulk, mais aussi pour celles et ceux qui aiment les manigances du Mechanicus.

Les plus

  • Deux chapitres au fonctionnement bien différent réunis dans ce livre.
  • Une ambiance Space Hulk parfaite.
  • Des mécanismes littéraires efficaces, apportant un bon rythme.
  • La présence (des jeux sournois) du Méchanicus.
  • Le fluff pris au sérieux.
  • Guy Haley utilise vraiment bien le contexte de Warhammer 40K pour nous dépeindre cette sombre histoire.

Les moins

  • Et les tyranides dans tout ça ?
4.5/5
Guy Haley m’a fait redécouvrir les récits dans les Space Hulks en apportant une nouvelle dimension. Une approche plus subtile, entre enjeux et révélations, rafraichissant la série SMB de nouvelles idées.