Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de Playing Patience par Priad

Publié le Mercredi 22 mai 2013

A moins que ce ne soit la vérité. As-tu un rôle actif à jouer Carl ?
Thonius acquiessa.
Kara se remis sur ses pieds.›Allons la chercher,› dit-elle. ‹Si cette histoire est vrai, je veux dire si il y a ce foutu jeu barbare en train de se passer en ce moment, il y a une jeune femme ici qui a vraiment besoin d’aide.›
‹Par le trône ! Laissez la mourir !› s’écria Nayl.
‹Foutu psyker ! Quoi? Qu’est ce qu’il y a?›
Kara et Thonius étaient déjà en train de se diriger vers la porte.
‹Une vie, Harlon,› dis-je alors que je m’avançais vers lui. ‹J’ai appris beaucoup de choses avec Eisenhorn, mais la cruauté n’était pas l’une d’entre elle. Des milliers pourraient mourir, des millions même avant que Molotch ne soit attrapé et jugé. Mais chaque décompte à un commencement. Ignorer une vie alors qu’il existe une infime chance de la sauver, et bien c’est une de plus à abandonner sur les neuf cents quatre-vingt dix neuf milles neuf cents quatre-vingt dix neuf restantes.›
‹Peu importe› dit Nayl.
‹Merci pour ton vote de confiance,› dis-je. ‹Kara, informe le Magistratum que ses entretiens sont suspendus jusqu’à que nous revenions.

Patience Kys, un nom qui sonne familier à tous fans de Ravenor et pour cause car elle fait partie intégrante de son équipe. Mais n’avez-vous jamais désiré en savoir plus sur les circonstances qui ont pu pousser cette mystérieuse jeune femme à rejoindre l’Inquisition ?

Avec sa nouvelle Playing Patience, Dan Abnett nous ramène aux origines de ce personnage, à l’âge de 23 ans… et notre histoire commence dans de sombres cachots. Enfermée pour une raison qui nous est inconnue au début du récit, Patience Kys devra faire face à maints dangers pour espérer se sortir du Kindred Younth Scholam, une sorte d’orphelinat qui au première abord a pour but d’aider et d’éduquer ces jeunes enfants voués à eux-mêmes… mais ce pourrait-il qu’il n’en soit rien.

Si vous pensez que l’ouverture de cette nouvelle manque d’optimisme, alors ne manquez pas une miette de ce qui arrive car l’histoire de Patience Kys est véritablement très touchante de part ses enjeux qui portent deux noms, Providence et Prudence, respectivement les sœurs jumelles de notre héroïne. On touche ici à la force de ce court récit, à savoir le dévouement de Patience à retrouver ses sœurs vendues à des marchands. Seulement l’opportunité d’engager des recherches ne se présentera guère, Patience devant tenter de sauver sa propre vie avant tout. Prise dans un jeu de chasse dont les sombres acteurs ne sont pas des personnes si éloignés d’elle, Patience devra d’abord comprendre les différentes implications de toute cette histoire pour démêler les fils de l’intrigue, car nul ne peut ignorer les coïncidences qui émergent entre le Kindred Younth Scholam et ce jeu mortel dont elle est la proie.

C’est dans ce contexte qu’apparait Ravenor et son équipe, attirés sur cette planète par la traque de Molotch, le méchant emblématique de la trilogie. C’est d’ailleurs vers le Kindred Younth Scholam que se dirigent toutes les pistes liés à la Cognitae (là je sens que ça vous parle plus). Plus qu’un spin off, cette nouvelle fait véritablement la part belle aux révélations entourant la découverte de Patience Kys et de son talent. Le fan averti saura reconnaitre les clins d’œil de toutes sortes fais à la série, dispersés deçà-delà tout au long de l’histoire. Dan Abnett ne retombe pas dans l’erreur comme avait pu l’être Missing in Action et nous apporte ici un réel concentré mêlant background d’une grande richesse et profondeur des personnages.

L’approche entre notre Inquisiteur et Patience ne se fera pas sans quelques subtilités, sous peine d’effrayer cette jeune femme qui n’a plus confiance qu’en elle-même. C’est donc face à une Patience véritablement perdue que Ravenor devra faire face et convaincre de ses bonnes intentions. Le premier contact entre notre Inquisiteur et Patience est d’ailleurs un moment clef de l’histoire que le lecteur saura apprécier pour son originalité. Nos héros ne se sont véritablement pas rencontrés dans les meilleures circonstances.

Le récit est du même niveau que Paria dans son écriture, nous apportant des moments de grande peine et de tension avant de poursuivre avec une scène d’action dont seul Abnett a le secret.
L’histoire est découpée en petits chapitres, alternant avec les points de vue  respectifs de Patience et de Ravenor. Il est d’ailleurs très sympa que l’utilisation du « je » aie été conservée lors des chapitres se concentrant sur notre Inquisiteur. Un procédé qui nous permettra facilement de savoir quel héros est mis en avant dans le passage que l’on lit.

Ce qui surprend dans cette nouvelle est la quantité de choses que l’on apprend, tour à tour sur Patience, la traque de Molotch ou encore les relations entre les membres d’équipe de notre inquisiteur. Les interactions entre les personnages sont criant de vérité, comme lorsque Wystan Frauka se met à appeler Carl Thonius « Carly » afin de resserrer les liens de l’équipe. Un passage qui n’est pas dénué d’humour alors que l’on découvre certaines rivalités entre tout ces personnages qui ne formeront plus qu’une équipe extrêmement soudée dans la suite de l’aventure.
Les dialogues pourront vous faire sourire avant de vous plonger dans de sombres sentiments d’angoisse.

Bien, vous ne ressemblez pas du tout à ce à quoi je m’attendais.


Patience s’adressant à Ravenor alors qu’elle le rencontre physiquement pour la première fois.

La fin de la nouvelle voit évidement Patience rejoindre l’équipe de Ravenor. Une fin non dénuée de sens car Ravenor n’a peut être pas dit toute la vérité à notre chère héroïne… peut être pour être certain qu’un si bon élément rejoigne son équipe.

Les plus

  • Le background des personnages est approfondi.
  • La première rencontre de 2 personnages emblématiques de la série.
  • L’originalité de l’histoire et l’ambiance qui s’en dégage.
  • Les nombreux liens avec la trilogie Ravenor.
  • La qualité de l’écriture et de ses punchlines en fin de chapitre.
  • Les scènes d’action impliquant tous les personnages sans exception, mettant tour à tour leurs capacités en avant.
  • La fin de la nouvelle qui pourra peut être avoir un rôle à jouer dans les autres livres de la trilogie de Bequin.

Les moins

  • VO uniquement.
5/5
Playing Patience est le genre de nouvelle qui en très peu de pages vous offre beaucoup. Background des personnages, dialogues badass et course contre la montre pour la survie de notre héroïne. Un concentré immanquable à tous les niveaux.