Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de Survivor par Priad

Publié le Lundi 24 février 2014

Il était mourant.
Peut-être. Probablement. Il ne pouvait en être sûr. Bas n'avait que dix ans et tout les morts qu'il avait pu voir ces derniers mois, avait été violentes. Mais c'était différent cette fois. Il y avait un relâchement de sa mâchoire et une brûlure dans son ventre lorsqu'il avait la rare occasion de manger quelque chose de solide. Il y avait du sang dans ses poumons lorsqu'il crachait sur l'escabeau pendant sa toilette. Des maux de tête martelaient son crâne de façon irrégulière comme les crampes douloureuses qui secouent parfois ses muscles affaiblies.

Dans cette nouvelle, qui raconte en réalité l’enfance d’un personnage emblématique de l’univers de Warhammer 40K, il nous sera possible de suivre les aventures de Bas. Cet enfant de 10 ans que rien ne destine à survivre dans cette ville ravagée par les Orks.

L’ouverture de la nouvelle en met plein les yeux avec une course poursuite sur les toits délabrés de la ville. Bas va de voir se cacher, Bas va devoir se battre et sauver sa vie. Au-delà de ce combat, certains flash back réguliers très bien amenés nous renseignent sur le personnage et l’acquisition de ses compétences de combat. A l’âge de 7 ans, orphelin et roué de coups par des gangs de rues, Bas avait déjà appris à survivre et à se défendre grâce à l’entrainement intensif prodigué par son grand père. Car ce dernier savait qu’il serait amené à évoluer dans un monde de violence où il n’y a aucune place pour les faibles.

De retour dans la ville infestée par les Orks et étant certain qu’il est le dernier humain encore en vie sur toute la planète, Bas va retrouver espoir à la vue d’hommes et de femmes enfermés comme esclaves dans des cages. Il les délivrera au prix d’un effort psychologique allant à l’encontre de l’esprit de survie. Mais faire échapper autant de personnes sans un bruit est une chose impossible, Bas le comprendra trop tard, lorsque les bombardements commenceront.

Ayant pu sauver la vie d’un enfant aux étranges tatouages, Bas fuira, poursuivit par les Orks et subissant les bombardements des Impériaux. Mais Bas ne peut pas mourir, il lui reste encore bien des choses à accomplir. Débouchant au détour d’un toit, Bas, 10 ans, attaquera alors un garde Impérial pour voir tuer son compagnon aux tatouages de sorcier. Car Bas évolue dans un monde qu’il ne comprend pas.
Il se réveillera plus tard, ultime survivant, et loin de se douter qu’il participera plus tard à d’autres batailles encore plus violentes lors de sa carrière, car le vrai nom de Bas est Sebastian Yarrick.

Les plus

  • Un récit vivant, dur et très expressif.
  • L'aventure d'un enfant qui n'en est plus un.
  • Un scénario approfondis malgré sa courte durée.
  • Une préquelle au futur héros de l'Imperium, Yarrick.

Les moins

  • Nous n'avons que la vision de Bas.
4/5
Passionnante de bout en bout, Steve Parker nous raconte sur une cinquantaine de pages comment l’enfant est devenu héros.