Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de L'Appel de la Tempête par Priad

Publié le Dimanche 16 novembre 2014 | 1 révision avant publication | 3 corrections après publication

C’est à ce moment là que Baldr entra dans la lumière. Il semblait fatigué, son armure volumineuse enserrant un corps trop maigre. Ces yeux étaient toujours cernés d’un noir profond, alors que ses lèvres étaient grises. Il se déplaçait au ralenti en plus de cela, comme s’il voulait économiser son énergie et sa force. Son visage avait perdu sa vigueur pourtant encore présente lors de son dernier saut warp. Il semblait tout sauf en bonne santé.
Le regard d’Ingvar était chaleureux. « Donc tu es de nouveau capable de porter ta hache, frère ? »
 — Plutôt deux fois qu’une, répondu Baldr.
 — Et tu as su retrouver les idées claires grâce à Njal ?
 — Il semblerait.
Gunnlaugur les regarda tous un par un. « Réunifié ». Il montra ses crocs dans un sourire sauvage. « Comme cela devrait être ».
Le sourire se répandit comme une infection. A partir de maintenant, la sauvagerie allait se répandre, croissant à l’issue du saut warp jusqu’à atteindre un seuil de violence qui prendra tous son sens dans les combats qui les attendaient.
 — Notre décision est fixé et notre proie est marquée, commença Gunnlaugur en prévision de la réunion qui les attendait tous.
 — Maintenant, voilà ce qu’il veut que nous fassions.

Rares sont les livres dont j’attends la sortie mais Stormcaller en fit partie. Le premier tome des Space Wolves de Chris Wraight Le Sang d’Asaheim ne m’avait pas laissé insensible, l’auteur y dépeignant des Space Marines à la fois sauvages et profonds au travers d’une psychologie poussée et d’un contexte plein d’enjeux. Ce second roman poursuivant l’aventure de notre équipe de héros se devait donc d’être à la hauteur de son prédécesseur qui fut une très bonne surprise à l’époque.

Reprenant juste après les évènements de fin du tome 1, nous pourrions croire qu’il serait plutôt facile de retrouver nos marques de lecteur. Il n’en fut rien pour ma part, le début du livre démarrant par une scène de fuite, à la fois flashback, concernant un des personnages de la meute. Sans plus de détails et même si la scène prendra tout son sens dans la suite du récit, l’auteur nous présentera alors son sujet (de manière assez peu subtile selon moi), prétextant une demie-victoire pour justifier ce nouveau tome. Le mal que nous avions rencontré avant n’a pas été tout à fait exterminé et le risque reste encore bien présent car la contagion pourrait se répandre à d’autres planètes ou systèmes et ainsi faire grossir les rangs de l’ennemi. Je n’expliquerai pas comment et par quel moyen dans cette critique mais sachez pour le petit indice que le roman se transformera en récit Space Hulk à mi-chemin.

Rentrer de nouveau dans l’histoire fut donc assez difficile comme les nouveaux éléments auxquels nous devions croire ne m’ont pas semblé bien amenés. On laissera alors ce jugement de côté en espérant que le talent de Chris Wraight pour nous plonger dans une aventure palpitante soit finalement au rendez-vous. Ce sentiment de croire que la page suivante va nous offrir un rebondissement digne de ce nom m’a d’ailleurs accompagné durant toute la lecture du roman, sans grand succès malheureusement.

L’histoire mit un temps fou à décoller pour finalement se terminer en banal récit de Space Hulk, une déception à la hauteur de mes attentes concernant ce roman. Il y aura bien de nouveaux personnages pour complexifier les interactions et apporter quelques rebondissements (parfois sans surprise restons honnêtes). J’ai apprécié que Baldr est vraiment de l’importance dans ce roman comme les évènements du premier roman pouvaient nous le laisser penser, néanmoins j’eus l’impression que l’auteur ne creusait pas assez cet aspect qui aura pourtant une importance majeure à la fin et dans les prochains tomes de la série. Le Baldr du tome 1 laisse place ici à un personnage auquel je n’ai pas cru.

Njal, le personnage du Stormcaller aura su apporter de la fraicheur au roman, même si l’on ne sait jamais s’il devrait être considéré comme le personnage principal de l’histoire. En réalité, les différents basculements d’un personnage à l’autre dans des scènes de différentes longueurs, mais aussi d’importance ne m’ont pas permis de savoir qui était vraiment le héros principal du roman. Pourtant le Stormcaller aura un rôle déterminant dans l’histoire. Il ne m’aura pas moins laissé un sentiment d’amertume, le personnage restant assez incomplet alors qu’il fut prometteur dès le départ.

Le premier roman nous faisait aussi passer d’un protagoniste à l’autre mais avec beaucoup plus de succès car chacun avait ses propres enjeux, et Ingvar restait le lien central autour duquel toutes les trames tournées. Ici ce n’est plus le cas, donnant une impression de faire face à un récit bien moins maitrisé dans sa construction.

La profondeur des personnages qui avait jusque-là su me charmer laissa donc place à de piètres motivations. Les Sœurs de Bataille ont quasiment disparu, remplacé par un Cardinal dont on sent la fourberie dès les premières lignes de son introduction.

Heureusement l’auteur redorera finalement le blason de la 6ème légion avec ses scènes d’action très impressionnantes, surtout lorsqu’un compte à rebours entre dans la partie. C’est donc un avis assez mitigé que j’eus sur le roman. Ayant aimé le premier, je ne peux pas en dire autant de ce Stormcaller. Les nouveaux personnages remplacent les anciens sans jamais offrir autant de relief qu’auparavant, et les scènes d’action de bonnes factures ne semblent pourtant pas contrebalancer la pauvreté des situations auxquelles nos héros sont confrontés. De plus, le final inattendu (un bon point ?) ne m’a pas semblé crédible du tout. Cependant il faudra que je me fasse à cette idée comme la suite de l’aventure ne pourra pas ignorer un tel changement au sein de la meute.

Le second tome est souvent une véritable épreuve comme les attentes des lecteurs ont été définies et qu’il est nécessaire de relancer la trame dans une toute nouvelle direction. En opposition à la saga «de Mars» et celle d’Ahriman, ce second tome ne réussira pas à offrir autant que le premier.

Les plus

  • Retrouver notre meute de héros avec ses visages connus.
  • Les trames parallèles sont vraiment sympas, comme celle de Baldr.
  • L'action est au programme surtout dans la seconde partie du roman.

Les moins

  • Le personnage du Stormcaller est bon, sans pour autant être convainquant.
  • La construction de l'histoire m'a semblé brouillonne.
  • La fin n'a pas de sens à mes yeux et ne me donne pas du tout envie de lire le prochain tome.
3/5
Jugement en demie-teinte donc pour ce roman très attendu qui ne semble finalement pas arriver à la cheville du premier. La meute si charismatique du premier opus laisse ici place à un Stormcaller trop peu développé. Le retour sur Ras Shakeh n'aura pas été une bonne pioche pour moi.