Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de La Bataille des Abysses par Maestitia

Publié le Jeudi 7 juin 2012

 — Quels sont vos ordres mon Capitaine ? demanda la voix depuis le pont d’artillerie.
Zadkiel était adossé à son trône. La sensation de puissance était enivrante. Le cuirassé était à ses ordres, une extension de son propre corps où les tubes à torpilles et les tourelles de l’artillerie auraient été ses mains. Il n’avait qu’à écarter les doigts et ordonner la destruction de ses ennemis.
 — Attendez, dit Zadkiel.
L’écran principal montrait les vaisseaux en approche : une frégate, suivie d’un croiseur d’assaut dans son sillage. La frégate n’intéressait pas le Capitaine des Word Bearers, mais le croiseur, lui, était d’une autre trempe : rapide, bien armé et conçu pour des attaques précises et des missions d’abordage. Il était peint aux couleurs des Thousand Sons…

Le Furious Abyss, un vaisseau de guerre colossal sorti tout droit du Mechanicum Noir à l’intention des redoutables porteurs de foi, les Word Bearers, prend la route pour Maccrage.
Pour situer ce tome chronologiquement parlant, il est juste après Le Premier Hérétique, lorsque les enfants de Lorgar, tournés vers le Chaos, sont envoyés en Ultramar pour anéantir le monde du frère qui l’a ridiculisé au yeux de l’Empereur. Pour se faire, le Mechanicum de Kelbor Hal, a fait construire un vaisseau proprement démesuré afin de déclencher une véritable apocalypse sur le monde des Ultramarines.

Lors de son trajet vers le fief de Guilliman, le Furious Abyss rencontrera une petite flotte de loyalistes, qui tomberont des nues lorsqu’ils se rendrons compte de la trahison de cette Légion, au moment même où cette incarnation de mort spatiale ouvrira un feu dévastateur sur eux. Les Word Bearers, pressés par le temps, seront obligés de se hâter afin d’atteindre le point de rendez vous, malgré le fait qu’un navire de la flotte fidèle à l’Empereur est survécu. Ce survivant sera composé d’une équipe extraordinairement hétéroclite. Ben Counter nous plongera dans une Dream Team assez osée : Un barbare de Fenris, un sorcier malicieux de Prospero, un sanguinaire, fils d’Angron, une Amirale à la volonté de fer et un tacticien Ultramarine.

Et cette fabuleuse troupe ne se laissera pas distancer d’un pouce par ce mastodonte. Ils les pourchasseront par monts et par vaux, en passant par le Warp, les mutineries, et les abordages de ports, leur causant un maximum de dégâts. Ce roman là, malgré son aspect traque, ne s’essouffle pas l’ombre d’un instant ! Counter arrive à donner à son récit un rythme haletant, mêlant scènes d’actions prenantes et dialogues musclés entre Astartes. Mieux, il arrive à ne pas tomber dans le piège du huit clos malgré le fait que 95% du roman se déroule dans un navire (énorme mais un navire tout de même).

Les plus

  • Une troupe de choc et des personnages charismatiques tous autant qu’ils sont.
  • Une poursuite qui ne s’enlise à aucun moment dans le huit clos mais qui, au contraire, tient en haleine de bout en bout.
  • Des scènes d’actions quand il faut et où il faut, rien à dire sur ce point.

Les moins

  • Un navire titanesque, et 20 Word Bearers distillés au compte goutte à son bord… Peu crédible.
  • Un tome de transition entre Le Premier Hérétique et La Bataille de Calth, qui ne raconte pas une séquence poignante de l’Hérésie d’Horus.
  • Il manque un petit quelque chose, un semblant d’âme pour rendre ce roman vraiment extra, dommage….
3.5/5
Un très bon roman qui relève le niveau global de l’Hérésie d’Horus, mais qui ne lui apporte pas grand chose à proprement dit, hormis une aventure épique de Space Marines contre Space Marines, le tout magnifiquement exploité par Ben Counter.