Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de Censure par Priad

Publié le Jeudi 19 juin 2014 | 3 révisions avant publication | 4 corrections après publication

Avec Censure, les Ultramarines sont remis entre les mains de Nick Kyme pour nous conter l’après Calth, alors que la surface de la planète n’est plus qu’un champ de mort où l’air est devenu irrespirable dû aux radiations. Après que Gav Thorpe nous ait fait vivre son «après Calth» aux travers de batailles titanesques dans Honour to the Dead, c’est au tour du maitre des Salamanders de compléter cette trame. Nous aurons la chance de retrouver un visage connu tout de même en la personne de Aeonid Thiel, un Ultramarine déjà présent dans La Bataille de Calth ainsi que Macragge’s Honour, la nouvelle graphique de Neil Roberts et Dan Abnett. L’audio drama se concentrera sur la bataille continuant de faire rage contre les Word Bearers, celle que l’on appelle La Guerre Souterraine.

L’audio drama sera un condensé d’action mais ne se résumera pas seulement à des tirs de bolt car l’auteur aura créé toute son histoire autour d’une simple relation, mais inattendue néanmoins. En effet l’Ultramarine sera accompagné par un soldat, un ancien prisonnier ayant prit part à cette guerre. Ce duo sera très bien exploité par Nick Kyme, nous montrant les forces et faiblesses de chacun, comme lors de ce passage où notre Space Marine sera coincé sous des décombres, démontrant toutes les limites de sa force surhumaine. C’est ici que l’importance de son partenaire prendra tout son sens car étant le seul à pouvoir lui venir en aide. Je n’en ajouterai pas plus quant à la façon dont notre héros se sortira de là mais j’ai trouvé l’idée originale, à la fois badass mais un brin idiote.

Cette relation sera aussi l’occasion d’avoir droit à une petite dose d’humour, un détail assez rare pour être souligné. Nos deux héros iront donc de leurs sarcasmes, parfois dans les moments les moins appropriés, mais cela aura pour but de consolider cette relation de deux soldats n’ayant rien en commun et ne pouvant soudainement que compter l’un sur l’autre. Thiel s’intéressera aussi au passé de son partenaire Rawd, et nous apprendrons les circonstances qu’ils l’ont poussés à être considéré comme un meurtrier. Le courage de Rawd en impressionnera plus d’un et même si l’on avait déjà pu vivre la chute de Calth à travers les yeux de simples humains, Nick Kyme renouvèle l’expérience avec un certain succès.

Nos deux héros devront faire face aux dangers ensemble à la surface de Calth, alors que le combat ne semblera pas toujours équitable face aux forces des Word Bearers. Ces derniers auront droit à quelques scènes leur étant dédiées mais leur manque de profondeur, déjà dommageable dans Honour to the Dead, n’en rendra pas des ennemis très intéressant. Finalement il semble qu’Aaron Demsky Bowden est réussi un tour de force en ayant donné autant de relief à la XIIème légion avec son roman Le Premier Hérétique.

Comme abordé plus haut, l’action sera présente de bout en bout et malgré le succès de Nick Kyme à construire une relation solide et crédible entre Thiel et Rawd, le pitch de départ restera assez mince, l’action représentant une bonne partie de cet audio drama malheureusement. Tout comme l’humour, l’ajout de sentiments à notre Ultramarine pourra aussi étonner, ce dernier ressentant de la tristesse lors d’une scène que j’ai trouvé particulièrement niaise.

L’ambiance sonore sera très bonne mais on pourra faire les mêmes reproches qu’à Honour to the Dead avec l’usage de bruitages utilisés de manière répétitive, réduisant notre sentiment d’immersion. Dans le même temps il est assez difficile de juger cet audio drama maintenant, alors que la Black Library a amélioré le standing de ses produits. On pourra toujours reconnaitre un bon jeu d’acteur dans l’ensemble malgré des voix surjouées pour les Word Bearers.

Il y aura donc peu de chose à se mettre sous la dent en écoutant cet audio, mais si jamais vous désirez l’écouter il aura parfaitement sa place après la lecture de Mark of Calth. De plus la toute fin sera une transition vers Imperium Secundus, Aeonid Thiel ayant pris la décision de quitter le monde de Calth déjà perdu, pour se rendre sur Macragge.

Les plus

  • Fan de Calth, vous allez aimé retourner à sa surface.
  • La relation entre Thiel est Rawd est vraiment sympa.
  • Quelques scènes assez marquantes.
  • Une transition vers Imperium Secundus.
  • La complémentarité de nos héros.

Les moins

  • Un nouvel audio drama sur Calth peu différent du précédent finalement.
  • Une scénario simplissime.
  • Des Word Bearers peu convainquants.
  • Un Ultramarine pas toujours crédible.
3.5/5
Censure est un bon audio drama mais qui n'a malheureusement plus rien à nous offrir après toutes les histoires secondaires de Calth sorties à ce jour. Dommage car Nick Kyme poursuivait l'histoire de Thiel d'une jolie manière.