Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de Son Dernier Ordre par Drystan

Publié le Samedi 25 janvier 2014

 — Cette période d’opération avec la résistance de Géréon a été difficile n’est-ce pas ?
 — Oui, confirma Gaunt.
 — Je voulais dire éprouvante, continua Faragut. A en juger par l’apparence que vous aviez à votre retour, vous étiez sous-alimentés.
 — La nourriture était comptée. Pour tout le monde.
 — D’autres choses avaient l’air de vous manquer. Le savon par exemple.
 — Je ne m’abaisserai pas à vous répondre.
 — Et votre tenue, déchirée de partout…
 — A ce que je crois savoir, l’officier d’intendance le plus proche se trouvait à huit années lumières de nous.
 — Colonel, je vous prie, dit Ludd. Est-ce que l’accusé fait l’objet de cette procédure parce que son apparence était négligée ? Après autant de temps derrière les lignes ennemis, sa tenue n’était plus de première fraicheur, et cela n’a rien d’étonnant.

L’histoire commence alors que de retour de leur terrible mission sur Géréon, les survivants du petit commando auront une terrible surprise. Loin d’être acclamés en héros, ils seront mis aux fers et suspectés d’avoir été contaminés par le chaos. La première partie du roman verra donc un Gaunt séparé de son régiment et forcé de prouver sa pureté.

Cependant, ce roman marque un autre changement au sein du régiment lui même. Là où précédemment l’on pouvait sentir une différenciation entre les Taniths purs et les Verghasistes (alors que ces différentes origines tendaient à s’estomper) il y aura désormais ceux dont on dit qu’ils sont allés sur Géréon et ceux qui y ont réchappé. De nombreux Taniths auront alors le sentiment d’avoir véritablement perdus leurs camarades.

On retrouve dans ce roman la recette gagnante du Cycle de la Sainte, à savoir un mélange entre actions et batailles dans divers théâtres, mais également, intrigues politiques et complots, le tout inscrit comme un scénario prenant de l’ampleur au fur et à mesure des tomes. Ayant lu les suivants je peux vous dire que ce roman ne fait qu’office d’entre-deux, une sorte de pause entre deux tomes très éprouvants pour les fantômes. Ce tome-ci en profite pour mettre la lumière sur certains personnages jusqu’à présent peut travaillés.

Ce n’est pas pour autant que les fantômes eux-mêmes vont avoir du répit dans ce tome. Le danger et l’ennemi restent omniprésent, semblant suivre le vaillant régiment Tanith telle une ombre néfaste ; surtout que les fantômes ne seront encore une fois pas utilisés à leur juste valeur, en étant encore une fois envoyés à la boucherie comme de la vulgaire piétaille.

Honnêtement, ce roman se lit bien mais j’ai ressenti un petit peu de moins bien comparé à d’autres tomes de la série, comme si Dan Abnett souhaitait en finir rapidement avec cette histoire pour passer à la suivante. Au programme, rien de très nouveau, l’auteur se contentant de réintégrer les hommes ayant été sur Géréon au sein du régiment, travestissant cette réincorporation avec quelques péripéties et difficultés.

Le fossé entre ces survivants et ceux qui ne participèrent pas à l’opération sur Géréon est exploité, mais pas assez à mon goût. L’ajout d’un commissaire supplémentaire au sein du régiment est en revanche une bonne chose, tout comme la lutte de Gaunt pour récupérer sa place de commandant du 1er et Unique. Outre les tensions entre les natifs de Tanith et ceux provenant d’autres mondes que le régiment a croisé sur sa route, quelques unes de ces inimités renforceront l’intrigue, et ce n’est pas pour nous déplaire que l’ennemi puisse aussi venir de l’intérieur.

Les plus

  • Une écriture fluide, un vocabulaire soigné et un respect du sujet, le maître Abnett reste le maître.
  • Gaunt qui doit encore une fois prouver ses qualités.
  • Des personnages secondaires de haute volée.

Les moins

  • La sensation que ce roman a été écrit trop rapidement, il aurait mérité un meilleur traitement.
  • La prévisibilité de l’ennemi, car à force de combattre toujours les mêmes le tout peut devenir lassant. Innovez Monsieur Abnett !
3/5
Son Dernier Ordre est un roman de gare. Se lisant rapidement, il contient néanmoins assez de suspense et d’action pour être agréable malgré qu’il soit loin d’être un incontournables de la série du 41ème millénaire.