Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de Hunter's moon par Priad

Publié le Samedi 30 mai 2015 | 5 révisions avant publication | 2 corrections après publication

Hunter’s Moon est bien différent de tous les audio drama que j’ai eu la chance d’écouter. En bien des points, il offre une vision rafraichissante de ce que les auteurs peuvent faire avec quelques bonnes idées, et un travail de son décent.
Ce qui surprend dès l’ouverture, c’est le jingle mentionnant les personnes ayant participé à sa réalisation. C’est donc à une petite équipe de 3 acteurs, de l’auteur Guy Haley, ainsi que du réalisateur C.Z. Dunn que l’on doit cet audio drama assez inhabituel, sur le fond comme sur la forme.

Heavy Enternainment produit la plupart des audio drama/radio play de la Black Library depuis un bon bout de temps maintenant, mais il arrive que notre éditeur favori en réalise certains lui-même. La courbe qualité des audio vient indéniablement du génialissime travail d’Heavy Entertainment, et pour vous rendre compte de leur expérience dans le domaine je vous conseille d’ailleurs d’aller visiter leur site internet. Pourtant l’audio qui nous intéresse aujourd’hui a été enregistré avec le studio de la BL, sonnant dès lors très authentique, les dialogues des acteurs transpirant la passion et la sincérité d’offrir une œuvre pour les fans. Il semblerait donc qu’il n’y a pas qu’Heavy Entertainment qui puisse faire un très bon travail.

C’est ce premier aspect de l’audio que je voulais souligner dans cette critique, car se plonger dans une telle œuvre après avoir survécu aux 13 numéros des Tranzia, on se rend compte que la qualité de son peut être occultée au profit d’un approche plus personnelle, marquant son public avec bien plus de succès.

En 35 minutes, Hunter’s Moon ne nous raconte pas grand chose. Il n’apporte même pas sa pierre à l’édifice de l’Hérésie d’Horus. Pire encore, les voix de certains personnages comme notre héros Space Wolf ou encore Alpharius ne sont même pas convaincantes. Pourtant le dépaysement est total.

Démarrant par les cris des mouettes et les sons d’une mer calme, Guy Haley va nous conter une histoire très simple en y ajoutant beaucoup de contexte. Car le récit qui va nous être partagé par ce pêcheur qui s’adresse à nous est touchante de naïveté. Les premières minutes vous feront ressentir la brise sur votre visage, une impression très éloigné de l’atmosphère globale de l’Hérésie d’Horus.

C’est donc un narrateur omniscient qui nous racontera ce qu’il s’est passé en cette journée ensoleillée sur une planète recouverte principalement d’océans. Nous comprendrons vite que notre narrateur est un de ces pêcheurs, et que ces derniers ne vont pas vivre une journée comme une autre. Étonnamment les 10 premières minutes se concentreront sur la discussion animant les pêcheurs, des sujets frivoles mais qui feront sourire l’auditeur. Un des protagoniste se vantera d’avoir déjà entraperçu une image d’un géant qui selon la légende existerait dans l’Imperium. Nous réaliserons facilement que l’on parle ici de Space Marine.
Entre légende et réalité il n’y aura qu’un pas car l’on pourra entendre le son d’un vaisseau s’écrasant dans le background. Notre équipe de pêcheurs naviguera avec son bateau jusqu’à cette épave s’enfonçant dans l’eau pour y découvrir… un de ces géants, un fils de Russ.

La seconde partie de l’audio prendra une toute autre tournure puisque le Space Wolf fraichement sauvé en profitera pour tous nous informer des circonstances de sa chute. C’est à l’issue d’une rencontre avec l’Alpha Légion qui a mal tourné que notre héros de l’Imperium a fui, juste après avoir tué Alpharius lui-même (inutile de sourire, l’erreur est humaine).

C’est dans la toute dernière partie de cet audio drama que le récit aura droit à un peu d’action. Je vous invite à lire le résumé de la Black Library pour plus de détail, ce dernier spoilant complètement cette partie de l’histoire. Se situant juste après Prospero, notre Space Wolf aura fait une mauvaise découverte concernant la trahison de l’Alpha. De ce fait, la légion de l’hydre ne pourra rien laisser au hasard et faire en sorte que personne ne soit au courant.

Dans l’ensemble l’audio est honnête et s’écoute avec plaisir. Aborder le point de vue de pêcheurs sur une planète peu importante pour l’Imperium était une excellente idée et nous offre une vision du conflit bien différente que celle à laquelle nous sommes habitués.

Les plus

  • Un Space Wolf qui raconte à des pêcheurs que l'Imperium n'est plu uni.
  • Une atmosphère rafraichissante.
  • Des nouveaux sons !
  • Quand le plus gros conflit de l'Imperium est perçu par des pêcheurs.

Les moins

  • Un Space Wolf qui vide son sac aux pêcheurs sauveurs, un peu étrange.
  • Des voix qui ne semblent pas toujours appropriées.
  • Un construction pas très équilibrée.
3.5/5
Hunter's Moon est un vieil audio, mais il est très honorable qu'il puisse encore de nos jours apporter quelque chose de différent. Comme quoi il est agréable d'avoir ses attentes bouleversées avec une histoire de pêcheurs. L'Hérésie par contre il faudra franchement oublier.