Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de La Voie du Renégat par Drystan

Publié le Mardi 3 décembre 2013

Vous pensez qu’Yllithian a des raisons personnelles de se joindre à vous, grand voïvode ? s’enquit-il poliment.
Il détestait le cours que les pensées de son maître  prenaient.
 — Personne ne s’intéresse aux mondes vierges et, tout à coup, Yllithian et ses amis voudraient m’accompagner ? Cela me paraît insolite. A-t-il par le plus grand des hasards mentionné quelque chose à l’un ou l’autre d’entre vous ? ajouta Malixian d’une voix soyeuse, dangereuse.

Bienvenue au royaume de la paranoïa, cela pourrait être un titre alternatif à ce roman d’Andy Chambers.  Alors que les Eldars bénéficiaient déjà de deux romans (La Prophétie Eldar et La Voie du Guerrier) leurs sombres cousins officiaient jusqu’alors en tant que sparring-partners  comme dernièrement dans Nocturne le tome 3 de la série sur les Salamanders.
Désormais les Eldars noirs ont leur propre roman, et quel roman !  Si vous osez vous plonger dans sa lecture préparez vous à sans cesse jeter un œil dans votre dos…

Le scénario est le suivant : Un  voïvode, issu d’une ancienne noble famille et nommé Yllithian, cherche à renverser le tyran de Commorragh, à savoir Asdrubael Vect. Pour mener à bien sa mission Yllithian s’entoure de deux de ses pairs : la sanguine Xelian, maîtresse de la cabale  des lames du désir, composée majoritairement de cérastes, et Kraillach, le second « allié », vénérable voïvode n’ayant survécu que grâce à sa paranoïa et sa richesse, lui permettant de s’entourer des meilleures protections disponibles dans la cité crépusculaire.   Les tourmenteurs ont également la part belle dans ce roman, notamment le dénommé Bellathonis.

Un autre personnage, plus inattendu mais qui à mon avis refera parler de lui est Sindiel, jeune ranger désabusé par le mode de vie des Eldars et qui à travers ce roman cherche toujours sa voie… Afin de mettre leur plan à exécution, nos trois comploteurs devront capturer un cœur pur afin d’entamer la résurrection d’un des plus grands ennemi de Vect.  Afin de mener cette mission à bien ils seront secondés par plusieurs personnages qui joueront leur rôle dans ce roman.

L’ambiance générale dépeint à merveille ce à quoi je m’attendais. Une ville tentaculaire pleine de dangers et surtout de dangereux psychopathes. La confiance est un mot absent du vocabulaire des eldars noirs.  L’auteur nous montre différentes facettes de cette race, le tout en respectant à la lettre le fluff. Ainsi vous aurez droit à des courses poursuites à très haute vélocité dans les hauteurs de la cité, mais aussi au spectacle macabre qu’offre une arène. La voie du rénégat vous donnera également un aperçu de la troisième race eldar, les exodites. La majeure partie du roman se déroulera dans l’ambiance nerveuse de la capitale de cette race dérangée et dérangeante dont vous explorerez différentes parties, de ses Hautes Tours aux bas-fonds en passant par les arènes.

Le scénario laissait présager que de nombreux complots sous-tendraient cette aventure, j’ai été cependant surpris par l’ingéniosité de certains, surtout pour donner la mort. Les péripéties s’enchaînent de manière très fluide, tout en gardant une bonne cohérence, tout va très vite, permettant à l’auteur de nous en montrer un maximum sur cette race peut dépeinte jusque là.

Seul bémol, la fin du roman ou pour le coup tout se passe trop vite, une trentaine de pages supplémentaires n’auraient pas été inutiles.  De plus, cette aventure diffère très peu de celles de Malus Darkblade (Elfes Noirs Battle), avec des machinations, complots et quête de pouvoir. Mais bon les deux races sont les mêmes si ce n’est leurs époques qui diffèrent.

Les plus

  • Les caractéristiques inhérentes à cette race de psychopathes sont respectées à la lettre.
  • Quelques personnages intrigants font leur apparition au fil du roman.
  • Des machinations et rebondissements terriblement efficaces.

Les moins

  • Une très bonne description de la société Eldar Noir et une mine de fluff pour ceux qui connaissent peu cette race.
  • Une fin qui est à mon goût trop rapide bien que le retournement de situation soit spectaculaire. Elle donne tout de même l’impression d’avoir été bâclée.
  • Ressemble tout de même beaucoup à une copie des aventures de Malus Darkblade mais dans un univers futuriste.
  • Trop peu d’interventions de Vect et aucun autre Eldars Noir « connu » du fluff n’est présent.
  • Le personnage de Sindiel aurait pu mériter une plus grande attention, peut être dans une suite ?
4/5
Mis à part la conclusion qui laisse le lecteur sur sa faim, Andy Chambers est brillamment parvenu à capter l’atmosphère qui entoure les eldars noirs à grands renforts de plans retors et de retournement de situation inattendus. Bravo mais j’attends une suite pour la confirmation.