Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de Arjac Rockfist : Anvil of Fenris par Priad

Publié le Samedi 19 avril 2014 | 4 révisions avant publication | 2 corrections après publication
Vous pensiez que je pouvais donner une belle mort à Anvakyr ! Tous les Space Wolves devraient en avoir une, un superbe final, triomphant au dessus du corps d’un ennemi gisant au sol, ou sacrifiant sa vie pour sauver celle de son frère de bataille et devenir une légende. Ce sont bien souvent les morts qui terminent les meilleures histoires en effet. Mais hélas, je raconte un récit de guerre, et il est nécessaire d’y prêcher un peu de vrai de temps en temps. Donner une glorieuse mort à Frère Anvakyr aurait été de nier cette vérité. Vous n’êtes pas des enfants et je vous vois grogner après moi, alors je pense que vous pouvez faire face à cette vérité, et vous devriez l’entendre. Frère Anvakyr ne trépasse pas en héros. Il restera jusqu’à la fin des temps au côté de Leman Russ sur le champ de bataille, où toutes les incarnations du Chaos seront détruites et renvoyées de la galaxie. Mais il ne trépasse pas en héros, donc déplorons son absence maintenant.

Arjac Rockfist est un vétéran Space Wolf. Champion du Loup Suprême Logan Grimnar, il s’est battu en maintes occasions pour la défense du Croc, mais sa nature modeste n’en fait pas moins un ennemi redoutable. Alors qu’il poursuit son travail dans les forges afin de redonner vie à la hache Morkai, notre héros sera arrêté en plein labeur suite à la mort d’un de ses frères par un ennemi encore inconnu. Prenant part à la partie de chasse, Arjac devra suivre son instinct pour venger la mort de son compagnon, mais la bête tapie dans l’ombre n’est peut être pas le véritable danger pour nos Space Wolves.

Cette édition spéciale appartenant à la collection Lords of the Space Marines, et mettant à l’honneur Arjac Rockfist, a donc de quoi faire saliver. Pourtant, je ne peux cacher ma surprise quant aux décisions qui ont poussé la Black Library à sortir un tel livre. Premièrement et malgré le charisme du personnage, une édition limitée dédiée à Bjorn, un personnage que la Black Library tend à mettre de plus en plus en avant, aurait été selon moi plus compréhensible. Nous l’avions vu dernièrement dans Wolf’s Claw et il est d’ailleurs fort possible que ce ne soit pas la dernière fois. Arjac Rockfist est un personnage dont l’existence est assez récente dans l’univers de warhammer 40K et dont le background a seulement été récemment écrit dans les codex. Avec le recul, c’est probablement cette même raison qui a poussé l’éditeur à mettre en avant ce personnage au travers de ce court roman d’un peu plus d’une centaine de pages, le but étant de vous faire découvrir un space marine légendaire. Les fans de celui que l’on appelle Anvil of Fenris (L’Enclume de Fenris) auront donc la chance d’en apprendre plus sur lui, tandis que les plus sceptiques (dont je faisait partie) pourront eux découvrir pour la première fois ce Space Wolf au charisme assez indéfinissable. Bien évidement ceci n’est que de la théorie, et même si je dois avouer que le roman m’a parfaitement introduit au personnage d’Arjac Rockfist et qu’il m’a donné envie d’en lire plus, les erreurs de fluff (volontaire ou pas) auront de quoi faire grincer les dents du fan. Ceci m’amenant directement au second point que je souhaitais aborder, le choix de l’auteur.

Si l’amateur de Space Wolves y trouvera définitivement son compte, le fan, lui, ne prendra qu’un malin plaisir à noter les incohérences et contradictions de fluff éparpillées deçà-delà, d’autant plus que le roman est court. Chris Wraight avait déjà pris quelques libertés concernant le fluff de la sixième légion, mais Ben Counter aura bien dépassé ce stade malheureusement. Encore une fois, le lecteur saura apprécier l’histoire qui nous est contée mais certains d’entre vous ne seront peut-être pas aussi tolérants.

Mais il serait dommage de passer à côté d’une si bonne histoire, car la richesse de l’univers dans lequel on évolue et vraiment agréable, l’auteur donnant pas mal de petits détails rendant le tout très visuel et homogène. Les personnages, dont Arjac, ont vraiment de bonnes répliques et les interventions de notre héros ne seront jamais inutiles. Alors que la première moitié du livre vous donnera l’occasion de ressentir le froid fenrissien sur votre peau et de vous accommoder à l’ambiance de solitude régnant sur ces plaines gelées, la seconde quant à elle vous mettra au cœur de l’action, alors que l’océan vomira ses tyranides et autres Krakens. Ben Counter a parfaitement équilibré le roman et les rebondissements, parfois un peu extrêmes il est vrai, rendant le tout très divertissant et bien rythmé. Bon nombre de bonnes idées sont à souligner, comme le fait que l’histoire nous soit racontée par une sorte de barde autour du feu, entouré de plusieurs dizaines de Space Wolves. Ce dernier fera d’ailleurs quelques interventions pour remettre les situations dans leurs contextes. Une idée vraiment originale que je souhaiterais honnêtement voir plus souvent dans les publications de la Black Library. D’ailleurs, l’usage de ce narrateur semble être un bon prétexte pour s’être permis des souplesses dans le récit, celui-ci impliquant comme dans mon extrait, que certaines parties aient pu être romancées et modifiées.

Finalement, ce roman m’a fait passé un excellent moment (d’où ma note), mais prendre un personnage comme Ragnar Crinière Noire aurait été selon moi une meilleure idée. Ainsi le fan aurait eu la chance de retrouver ce Space Wolf initialement introduit par William King, alors que les nouvelles recrues auraient pu le découvrir pour la première fois dans un récit plus récent.

Les plus

  • Excellente introduction au personnage d'Arjac Rockfist.
  • Une histoire courte mais riche en action et rebondissements.
  • Le narrateur présent d'un bout à l'autre et intervenant de manières pertinentes.
  • Un bestiaire tyranide très complet.
  • Ben Counter inscrit Arjac dans des scènes mémorables.

Les moins

  • Des erreurs de fluff en veux-tu en voilà.
  • Le choix d'écrire sur Arjac est discutable.
4/5
Si vous arrivez à faire fi des nombreuses erreurs de fluff qui ne sont pas en adéquation avec le background des Space Wolves, vous aurez des chances d'apprécier ce roman pour ce qu'il est finalement, une aventure épique dans le froid de Fenris. Un livre qui risque de ne pas faire l'unanimité.