Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de La Bataille du Croc par Maestitia

Publié le Jeudi 7 juin 2012 | 6 corrections après publication

 — Prends ça ! cria-t-il en portant un coup précisément là où ses armes avaient déjà déchirés le blindage du cataphractaire.
Le monstre de métal perdit l’équilibre, ses bras s’agitant vainement pour tenter de rester debout. Il s’écrasa au milieu d’un groupe de soldats. Sa plaque pectorale avait été ouverte de haut en bas. Des circuits et des tuyaux fumants en jaillissaient comme des entrailles mises à nu.
Greyloc fit volte-face, parfaitement conscient qu’il n’aurait jamais pu mettre à terre une telle machine.
Bjorn était là.
L’illustre Dreadnought se tenait devant lui. Il dominait l’espace de toute sa hauteur. Son canon à plasma fumait encore suite au tir qui venait d’achever le cataphractaire.
Tremble devant la colère des anciens, abomination !
L’aura de terreur qui émanait de Bjorn était inouïe. Même Greyloc, qui combattait les pires ennemis de l’humanité depuis des siècles, se retrouva comme frappé de stupeur face à la haine palpable du Vénérable Dreadnought…

Voici un roman très attendu par les lecteurs. Pourquoi ? Parce que la Bataille du Croc n’est pas un siège anodin. 1 000 ans après que l’Empereur ait lâché les loups sur Prospero et anéanti le monde natal des Thousand Sons de Magnus, ceux-ci ne comptent pas en rester là et préparent leur vengeance.

En utilisant la rage aveugle du Loup Suprême, le Primarque renégat Magnus le Rouge parvient à vider le Croc, forteresse inexpugnable de Fenris, pour attirer les Space Wolves aussi loin que possible. Dans le même temps, il envoie tout ce qu’il lui reste de Thousand Sons sur Fenris en une attaque surprise afin d’anéantir le monde natal des Space Wolves.
Le Croc devra tenir malgré ses effectifs réduits face à une véritable armée destinée à humilier toute une Légion comme l’a fait Leman Russ quelques siècles plutôt.

Premier roman de Chris Wraight sur l’univers de 40.000, et on peut dire que cet homme a le don pour mettre une ambiance électrique dès les premiers chapitres grâce aux différentes joutes verbales que se lancent les loups entre eux. Mais si ce n’était que ça ! Il parvient à retranscrire parfaitement le Space Wolf dans toute sa brutalité et sa bravoure que ce soit sa verve ou en contact des traîtres.

Le contexte est original car il se passe seulement 1 000 ans après l’Hérésie d’Horus. Ce qui sous-entend que tout est encore à faire. Il n’y a donc pas d’Ulrik, de Grimnar ou de Ragnar. Les Loups ne digèrent pas que Russ soit parti sans rien dire et que Magnus, lui, court toujours. Les ennemis sont aussi intéressants avec la présence des sorciers de Prospero, les plus érudits des Astartes mais aussi les plus fourbes. Le loup contre le magicien, l’énumération est à elle seule épique !

Il y a dans ce roman énormément de bons passages, surtout lors d’action ou de prise de parole. Je regrette que l’histoire ne s’articule qu’autour d’une seule idée assez vaseuse : vider les casernes de Fenris pour poursuivre Magnus qui a été signalé dans un autre coin de l’univers… Ça sent le piège à plein nez, surtout quand on connait la malice du Primarque.

Ce roman est fait pour les amoureux du bolter car l’action y est omniprésente et toujours justifiée. On ne s’ennuie pas une seconde, toujours pris entre percées, contre-attaques, embuscades et actes héroïques. Les personnages sont hauts en couleurs et on ne peut pas les mélanger. Ils ont tous un petit quelque chose et lorsque certains viendront à rejoindre le Père de Tous, vous serez véritablement frustrés, ce qui prouvera bien le talent de Chris Wraight à créer des personnages uniques et efficaces. Vous tremblerez avec les skarls dans le Croc de Thane alors que Magnus foulera les neiges éternelles de Fenris, vous serez plongé parmi les Griffes Sanglantes et parmi Morkai.

Pour finir avec le fluff, on a quelques miettes, rien d’extra mais toujours appréciables. En revanche j’ai noté deux belles incohérences fluffiques qui m’ont plutôt déçu.

Les plus

  • 1 000 ans après l’Hérésie, ça vaut le coup d’œil.
  • Un siège qui aura des conséquences colossales pour la Légion.
  • Des personnages avec du relief, jamais superflus.
  • Du Primarque en mode vengeance et un Dreadnought inoubliable.

Les moins

  • Un scenario qui repose sur un piège peu réaliste.
  • Des incohérences dans le fluff assez frustrantes.
4/5
La Bataille du Croc détrône le Monde de Rynn et retranscrit le Space Wolf dans toute sa splendeur de brutalité, l’imprégnant d’une fidélité à Russ qui n’a rien à envier à un Dorn. Ce tome est à lire si vous êtes un fan de Space Marine, il est à dévorer si vous êtes un fan de Space Wolf !