Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de Les Faux Dieux par Priad

Publié le Samedi 15 février 2014 | 3 corrections après publication

Un présage ? cracha Loken en le faisant lâcher prise. Depuis quand plaçons-nous notre foi dans des présages ? La cérémonie du Mournival était peut être un rite de passage, Horus, mais ce qui se passe ici est de la sorcellerie. Je vous avais dit que je ne m’inclinerai pas devant les esprits et que je ne croyais qu’à la clarté empirique de l’Imperium. Et je reste fidèle à ces paroles.
 — S’il te plait, Garvi, le supplia Aximand. Nous faisons ce qui est juste.
Loken secoua la tête.
 — Je crois que nous finirons tous par regretter amèrement le jour où vous avez amené le Maître de Guerre ici.

Alors que la Grande Croisade se poursuit, les états de fait de la légion du Maître de Guerre Horus se répandent au sein de la galaxie, obtenant popularité et reconnaissance. Horus est au centre des éloges, et son rang de fils préféré de l’empereur ne cesse de se confirmer. Mais cela n’est pas sans attiser la jalousie de ses Frères Primarques. Horus, conscient de la situation et soumis à une énorme pression, va alors commettre une erreur qui affectera toute l’humanité.

Les Faux Dieux raconte comment Horus vacille et atterri dans les bras du Chaos, pour ne plus jamais s’en échapper. Second tome de l’Hérésie d’Horus, c’est McNeill qui cette fois est au commande et donne tout ce qu’il a. Car poursuivre l’histoire de la chute du maître de guerre, moment clef du background de Warhammer 40.000, n’est pas chose aisée. Cette lourde tâche est néanmoins accomplie avec brio et l’on se retrouve confronté ici à de graves décisions qui ébranleront le cœur de toutes les légions.

McNeill a un style bien a lui, plus posé et mettant d’avantage l’accent sur le ressenti et les douleurs des protagonistes. C’est aussi le livre qui veut ça, car l’histoire avance moins rapidement que dans le précédent. Raconter le moment charnière, qu’est la perdition du Maître de Guerre dans les limbes du Chaos, requière du calme et de la patience, mais le résultat vaut largement le coup.

Loken est encore le pivot de l’histoire et comprendra bien vite dans quoi il s’est engagé. Les camps vont se former et il devra rapidement réagir, bien que nul n’ignore encore comment cela se terminera. Les champs de batailles sont un peu délaissés au profit d’une approche plus posée, mais aux enjeux toujours ô combien critiques. La galerie de personnages s’étend pour notre plus grand bonheur et on ne regrette à aucun moment le manque de xenos, ici remplacé par la secte de Davin.

Les plus

  • L’auteur est dedans et développe des situations crédibles qui marqueront les esprits.
  • On effleure la mort d’un primarque, ça donne des frissons.
  • Le rythme est adapté au contenu, le début d’une lente agonie pour l’humanité tout entière.
  • On garde les mêmes et on recommence. Mc Neill ne dénature jamais ces personnages auxquels on s’est attaché.

Les moins

  • J'aurais souhaité un peu plus de rythme.
4/5
Un second livre qui tient ses promesses et qui ravira tous les fans. McNeill ralentirait-il le rythme pour nous permettre de reprendre notre souffle avant le grand final ? Je ne saurais le dire …