Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de Garro : Sword of Truth par Maestitia

Publié le Mercredi 4 décembre 2013

Nous retrouvons notre Garro, Chevalier Errant, dans une nouvelle aventure audio écrite par James Swallow et narrée par l’excellent Toby Longworth dans un format de deux CD accumulant pas moins de 140 minutes d’écoute!
C’est la plus longue histoire éditée par la Black Library à ce jour.
Cet audio drama se déroule chronologiquement entre Oath of the Moment et Legion of One. Il est important de savoir le situer, car vous risquez de reconnaître certains protagonistes en lisant cette critique.

Tout débute par l’intronisation de Rubyo en Chevalier Errant, adoubé par Garro sur Luna. Suite à ce baptême, notre duo est convoqué sur le Dagolan, un vaisseau conséquent, dirigé par le Custode Khorarinn . Ce vaisseau d’attaque est stationné en orbite de Terra et assure le blocus des frontières spatiales ; jusqu’au moment où un petit groupe de vaisseaux World Eaters entre dans le champ de vision du barrage impérial.
Là où le Custode choisit la sécurité, donc l’offensive, Garro, quant à lui, comprend pourquoi il a été envoyé ici par le Régent de Terra : il doit juger de cette situation et trouver une solution, par le sauvetage ou l’annihilation.

Cet audio possède deux particularités. La première étant sa longueur qui le rend à double tranchant. Certains moments sont mous, mais on le lui pardonnera car il faut savoir encaisser les deux heures d’audio ! Je pense qu’avant toute chose, il faut bien se mettre dans la tête que l’histoire sera longue à être narrée. Une fois ce détail éclairci, vous allez pouvoir embarquer dans une enquête assez bien ficelée, avec un Custode un peu névrosé, des Chevaliers Errants écartelés dans leur réflexion et un groupe de Space Marines exténués cherchant asile et protection.
Parmi eux, trois individus notables, un Emperor’s Children, un White Scar et le World Eater Varren, capitaine de cette flotte en fuite.

La seconde particularité est qu’en plus de faire deux heures, il ne s’y passe que très peu d’évènement. Peu de choses concrètes auront lieu. Voyez bien ce double audio comme une enquête, car entre Garro et  Khorarinn la tension est palpable ; ajoutez à cela un capitaine World Eater un peu à cran et vous obtenez un savant mélange d’animosité et d’inconfort. La confiance est loin de régner entre tous ces personnages.
La force de cette histoire est là, et uniquement là : une tension constante et l’on sent bien que dès le début, il y aura un traître ou deux dans le tas, Mais qui ? James arrivera sans peine à nous mener en bateau ; la magie de l’audio diront certains. Pour ma part, j’ai su apprécier sans être en extase.

Peu d’apport pour l’Hérésie à proprement parlé, juste un nouveau recrutement pour Malcador. Alors oui, pourquoi pas, je suis malgré tout resté sur ma faim. Pour deux heures d’écoute, je m’attendais à plus d’action que d’enquête. Le point positif qui en ressort sont donc les dialogues, outils essentiels si l’on veut bien faire comprendre au spectateur l’importance des interrogations de chacun.

Malheureusement, par moment, les joutes verbales sont souvent les mêmes, surtout entre Garro et le Custode. Cet audio me renvoie une nouvelle fois à la question suivante : “Pourquoi les Custodes de la Black Library sont aussi stupides et aussi bornés qu’un Ork ?”. Je ne saurai le dire.

Au-delà de l’aspect narratif et de la demi-douzaine de personnages, l’audio reste très agréable, des nouveaux sons d’ambiance viennent s’ajouter aux anciens, et rendent les affrontements plus singuliers et rythmés. Ce n’est pas un film, mais on s’approche de plus en plus d’une qualité sonore de mini-série. Par exemple, l’atmosphère dans les cages d’entraînement est bien retransmise comme celle de la recherche du traître dans les recoins sinueux du vaisseau.
Les musiques, quant à elles, sont un peu effacées à cause du grand nombre de dialogues et d’échanges verbaux que le scénario nous impose.

Les plus

  • Toby reste mon champion de la narration, personne ne peut le détrôner. Son timbre est agréable à entendre et facile de compréhension.
  • Plus de 2 heures d'Audio !
  • L'ambiance est pesante, la suspicion est de mise durant tout le scenario.
  • Le recrutement d'un nouvel Ange Gris.

Les moins

  • C'est une enquête un peu trop étirée sur la longueur.
  • 2 heures d'Audio ! Il faut s'accrocher et l'écouter plusieurs fois.
  • Encore un Custode avec le Q.I. d'un snot...
3/5
Je n’ai pas su apprécier Sword of Truth à sa juste valeur, mais faire un audio aussi long était un pari risqué. Pour moi, il n’a pas échoué dans sa mission, mais n’a pas réussit pour autant.