Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de The Masque of Vyle par Maestitia

Publié le Dimanche 30 mars 2014 | 5 révisions avant publication | 4 corrections après publication

‹Ils disent que le portail est inactif de ce côté. Ils ne savent pas expliquer pourquoi il s’ouvre brièvement pour ne laisser qu’entrer mais jamais ne laisser sortir. Ils m’ont aussi assuré que ce problème n’est pas inconnu et n’est que temporaire, Commorragh devrait y remédier d’ici peu.‘
‘Cette explication reste insuffisante en ce qui me concerne,‘ nota Kassais.
‘Je suis d’accord. Pour le moment, mes artisans sont déployés à l’extérieur du donjon afin de faire doubler la cadence des autochtones.
‘Alors comment comptes-tu passer le temps en attendant que le portail ne s’ouvre à nouveau et que les autoctchtones meurent de faim?‘
‘Je vais organiser un banquet,‘ répondit Vyle, souriant avec un malin plaisir.

S’il y a bien un format d’écriture que j’apprécie, c’est celui des nouvelles, qui plus est lorsqu’il sait intelligemment se glisser dans une Saga sans en être pour autant indispensable. Masque of Vyle en fait partie.

Masque of Vyle, où la mascarade menée par une bande d’Arlequins envers un Archon  (Voïvodes) Eldar Noir. Difficile de situer chronologiquement ce récit car le seul lien que nous avons en fin de compte, reste le fameux Arlequin Motley qui formera un tandem avec l’incube Morr dans La Voie de l’Incube. Hormis cela, nous sommes de nouveau dans une ambiance d’Eldar à Eldar et c’est ce qui rend cette histoire intéressante.

A la suite de la découverte d’un Vaisseau-Monde totalement pillé de ses pierres-esprits, un groupe d’Arlequins se forme et piste la trace des suspects jusqu’au Sable Marches où deux Archons règnent en maîtres et brutalisent les natifs.

La présentation des personnages est vite expédiée, mettant l’accent sur leurs rôles plutôt que sur leur personnalité. Les gens possédant le bagage fluff adéquat auront l’avantage de visualiser tout de suite  le Death Jester ainsi que son rôle dans l’histoire pour ne citer que lui.

L’enquête des Arlequins est donc menée par un Avatar, un Mime, un Prophète de l’Ombre mais surtout un Solitaire, Motley. Le mystère qui enveloppe les Eldars est une chose, mais le mysticisme dont sont noyés les Arlequins rend ces derniers tout à fait fascinants.
Il faut commencer par se réjouir de pouvoir lire sur ces êtres qui sont l’élite de la race Eldar et ce, dans bien des domaines. C’est un livre que j’approuve d’entrée et sa première de couverture ne me fera pas dire le contraire.

La nouvelle nous présente en parallèle les Eldars Noirs responsables du pillage des pierres-esprit. Du côté des cousins déviants, la sale ambiance est toujours de mise ainsi que le sadisme obséquieux (voir extrait ci-dessus). C’est toujours agréable de retrouver ces dialogues acides et ces raisonnements pleins d’immoralités. Cela a tendance à déstabiliser le lecteur, mais lorsque ce sont des Arlequins qui sont en face, le mélange des deux est tout bonnement savoureux.

Vyle, l’Archon des Sable Marches, se voit offrir une représentation de la Chute par la troupe d’Arlequins qu’il ne peut refuser. Bien que le spectacle aura lieu chez Vyle, son cousin sadique Kassais donne l’impression d’en savoir plus que son aîné. Pour finir Olthanir, un natif et héritier du royaume des Sable Marches devenu servant sous la coupe de Vyle ne tient plus devant la souffrance de son peuple. Lequel de ses trois protagonistes est à l’origine du pillage ? C’est ce que le spectacle dévoilera.
Par cette mascarade, Motley et les autres trouveront le véritable responsable.

Si il y a bien une chose à savourer ce sont les trois actes dont est séparée la mascarade. Ces actes rédigés avec ambigüité offrent au lecteur un monde magique et surprennent les Archons eux-mêmes. La mise en scène est vraiment bonne tant par son rythme que par l’apparition de ses évènements. Bien que le fil conducteur soit visible dès les premiers chapitres, on en reste pas moins captivé tout du long.

Motley est vraiment au centre de la nouvelle (ainsi que sur la couverture), et dirige le plan d’un bout à l’autre avec une maligne aisance. Ce personnage me plaît extrêmement car il représente le paradoxe de l’union de la moquerie et celui du destin. Malgré cela, aucun lien ne sera fait avec la Saga autre le fait que les portails Warp  soient perturbés suite à la Dysjonction sur Commorragh. De par ce fait, Masque of Vyle est tout à fait dispensable.

Un dernier point, et pas des moindres, est à souligner. Dans cette nouvelle, Andy Chambers fait un clin d’œil à Edgar Allan Poe. En effet, grâce à quelques scènes mais surtout une citation, l’auteur nous lie à la nouvelle  Le Masque de la Mort Rouge du recueil Nouvelles histoires extraordinaires. L’auteur nous offre ainsi un petit pont culturel.
Bien que certains vétérans y verront peut-être une maladresse, les plus jeunes auront la possibilité de découvrir Poe, un auteur visionnaire.

Les plus

  • Les Arlequins abaissent une partie de leurs masques pour notre plus grand plaisir.
  • Une ambiance unique entre l'élite mystique des Eldars et leurs cousins déviants.
  • Un easter egg notable.

Les moins

  • Le scénario facile.
5/5
Une nouvelle captivante par ses protagonistes et idéale par son rythme. On jongle avec plaisir entre chaque dialogue comme dans une troupe d'Arlequins.