Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de Mechanicum par Maestitia

Publié le Jeudi 7 juin 2012 | 3 corrections après publication

Et les combats ne se limitèrent pas à la seule surface de Mars. L’immense chantier naval spatial qui encerclait la planète rouge comme une scintillante ceinture d’argent fût secoué d’explosions et ravagé par les affrontements.
Les factions loyales au Trône et celles qui s’étaient vouées à Olympus Mons et Horus Lupercal s’empoignèrent dans un assaut de fureur fanatique. Les vaisseaux de la flotte de combat Solar se retirèrent, laissant les vaisseaux du Mechanicum s’entredéchirer dans l’ombre de l’Anneau de fer, échangeant des bordées dévastatrices, sans aucune considération de stratégie ou de survie.

On quitte les bolters et les Space Marines pour débarquer sur Mars, planète Mère de l’Adeptus Mechanicus, institue qui vénère le Dieu-Machine. Mars est le fournisseur en armes, armures, véhicules, Titans et autres machineries pour tout l’Imperium, de l’Astartes en passant par la Garde Impériale jusqu’à l’Inquisition. C’est donc un objectif militaire non négligeable pour qui aura la main sur les forges de la planète rouge.
Avant tout, sachez qu’il existe une nouvelle qui introduit ce tome de l’Hérésie d’Horus du no, de The Kaban’s Project. Cette nouvelle écrite par le même auteur, Graham McNeill permettra de mieux vous ancrer dans les enjeux de Mars.

On va voir comment une organisation aussi conséquente et importante va affronter les déviances qui sont insérées dans les racines de la planète.

Voilà que les graines insidieuses de la corruption du Chaos pénètrent sur Mars, lieu de savoir et de technologie supérieure. Nous allons assister à la scission du Mechanicum. D’un coté les partisans du Maître de Guerre Horus, de l’autre les fidèles Adeptes de l’Empereur et de l’Omnimessie. Il va s’en suivre une véritable déchirure au sein même de cette fondation, sous tous les aspects possibles : la trahison, les secrets, les attaques surprises, et out sera bon pour déstabiliser l’autre camp et l’anéantir.

Les différentes écoles de pensées des forges basées sur la planète rouge transparaitront à travers d’un ou plusieurs personnages. McNeill nous transporte dans un lieu rempli de mystères et de quêtes ésotériques. A travers sa plume on remarque que chaque forge sur Mars à un crédo bien à elle, et qu’elle ne partage en aucun cas ses secrets et ses inventions. Au fur et à mesure du récit l’enquête menée par quelques élus, nous mènera au confins même de la planète…

Ce roman aura eu le même effet sur moi que Légion de Dan Abnett, dans le sens ou avant ce roman-ci, je n’appréciais que peu les adeptes de Mars et leur quêtes inextinguibles de connaissances. Et bien depuis, j’aime le Mechanicum comme personne.
Cette mentalité si froide, si calculatrice, si inhumaine après tout, rend la découverte du récit vraiment fascinante.
On a du fluff en pagaille, et même certaines informations concernant les secrets de l’Empereur. Le tout étant sublimement lié et intégré par McNeill.
Certes il vous faudra oublier les épées tronçonneuses et les bolters, mais vous-êtes-vous déjà demandé par qui ces armes étaient fabriquées ?
Le Mechanicum vous apparaîtra alors comme un point majeur à conquérir quand la guerre éclatera, et cela Horus l’a bien compris.

Lorsque l’hérésie sera libérée sur la planète rouge, un déferlement de froide violence mécanique atteindra son comble. On sentira les machines possédées par le Chaos et celles empreintes d’humanité lutter pour faire valoir sa propre vision de la connaissance.

Les combats seront épiques bien que rares et trop courts. Les Titans, œuvres avatar de l’Adeptus Mechanicus, seront lâchés dans les vaste déserts de Mars.
Qui dit mieux ?

Les plus

  • Le Mechanicum nous change un peu des classiques Astartes. Les Prêtres de Mars n’ont rien à leur envier et on découvrira la face cachée de ces créateurs au savoir destructeur.
  • Une enquête et une quête ésotérique haletante, qui nous intrigueront jusqu’à la toute fin.
  • Un scénario ficelé à merveille et plein de rebondissements pour peu que l’on s’intéresse à l’Adeptus Mechanicus.

Les moins

  • L’enquête prend légèrement le pas sur les batailles et dissimule un peu l’affrontement titanesque dans les déserts de Mars.
  • Un vocabulaire assez technique pour les non-initiés.
4/5
Un roman très bien écrit et passionnant. Il est à lire car il vous fera découvrir le Mechanicum ainsi que son sombre alter ego, sans oublier une bonne dose de fluff non négligeable qui ravira les amateurs.