Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de In Memoriam par Drystan

Publié le Dimanche 26 janvier 2014

- Où est Tanith ? fis-je l’erreur de demander.
- Nulle part, monsieur l’artiste, fit Corbec, soudainement tiré de sa mélancolie. Partie et envolée ; on est tout ce qu’il en reste. C’est ce qui fait de nous des fantômes, vous comprenez ?
La longue file de visages misérables continuait de défiler derrière les vitres du camion.
- Juste pour être sûr… on a gagné là, chef ? demanda le sergent Varl avec dédain.

Cette nouvelle d’une trentaine de pages, proposée à la vente en e-book et « exclusive en version française », est en fait présente dans l’omnibus du premier cycle des Fantômes, la Fondation. La seule est unique exclusivité est donc le fait qu’elle soit ici vendue seule et en version numérique.

En ce qui concerne le contenu, de ce côté là le bilan est mitigé. Nous retrouvons la plume de l’excellent Abnett mais le scénario proposé fait désormais office de vu et revu. Et pour cause, la nouvelle se situe d’un point de vue temporel, juste après la bataille pour la ruche Vervun. Les événements narrés ici tiennent donc lieu peu après ceux du tome Nécopolis du premier cycle.

La particularité de la nouvelle est qu’elle est racontée par un narrateur interne. Nous découvrons donc le régiment Tanith à travers les yeux de Jeshua Thoru, un commémorateur, plus particulièrement sculpteur venant de ColNord. Ce dernier a été mandaté par la maison Chass, de riches dignitaires de la ruche Vervun. Sa mission est de dresser une sculpture en l’honneur des Tanith, suite à la victoire qu’a été le siège de la ruche Vervun.
Afin de mener à bien sa mission, Joshua Thoru souhaite rencontrer les hommes du Premier et Unique afin de s’imprégner de l’esprit des Tanith.

Ce scénario n’est pas sans rappeler le roman des Fantômes, Le Pacte de Sang, où Gaunt doit rencontrer un photographe afin de commémorer la bataille de Balhaut. Si la ressemblance s’arrêtait là cela pourrait encore passer, mais il y a bien trop de points communs avec d’autres récits des fantômes. Le sculpteur n’aura pas l’occasion de converser avec Gaunt, ce dernier étant dans un état très grave suite aux nombreuses blessures occasionnées par les combats.

Cette situation où le Colonel Commissaire est entre la vie et la mort n’est pas sans rappeler la nouvelle l’Étoile de Fer, dans laquelle Gaunt se trouve dans un état physique similaire. Dans les deux cas c’est le Major Rawne et sa haine pour son commandant qui seront le déclic du réveil de ce dernier… Vous avez dit manque d’inspiration ?

Niveau action, forcément, il ne se passe pas grand chose en si peu de pages, si ce n’est une escarmouche durant une patrouille. Notre sculpteur en ressortira avec quelques terribles souvenirs et se sera rendu compte que la guerre est loin d’être belle… Une morale indigne d’Abnett à mon goût.

Le seul intérêt probable de cette nouvelle est d’avoir un point de vue externe sur le régiment. Nous nous rendons compte que pour la plupart ce sont des types biens, véridiques, simples, attachants et stoïques face au danger, bref les fantômes que nous connaissons. Il est également question d’un moment important dans l’histoire du régiment, le Décret de Consolation. Acte qui permet aux Verghast qui le souhaitent de rejoindre le régiment. Nous découvrirons que ce décret ne fait pas l’unanimité parmi les fantômes.

Niveau fluff, rien à se mettre sous la dent, la nouvelle se lisant très rapidement et donnatn une sévère impression de longueurs inutiles pour justifier les 30 pages. Ce sentiment qu’on se moque des fans et qu’on joue sur l’attachement que provoque la série des Fantômes est à mon sens inacceptable. Certes, le style est bon, mais l’apport est minimal. Au final une perte de temps, même pour le fan du régiment.

Les plus

  • Le style à la première personne qui malgré tout rend la nouvelle immersive.
  • Revoir certains personnages désormais disparus fait chaud au cœur.
  • Se dévore très rapidement.

Les moins

  • Trop court pour représenter un quelconque intérêt.
  • Scénario et angle peu prenants, manque d’originalité flagrant.
  • Morale creuse et décevante.
2/5
Même le fan de la série sera déçu par cette nouvelle qui n’offre ni surprise ni excitation. L’impression d’une nouvelle écrite pour meubler et faire de l’inédit est trop présente, et surtout désagréable.