Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de La Mort d'Antagonis par Maestitia

Publié le Samedi 1 mars 2014 | 1 révision avant publication | 4 corrections après publication

Feu et os,› murmura Volos. ‹Pardonnez-moi ?› demanda Melus. Volas secoua la tête. 
‹Rien.› Mais il pensait au cri de bataille des Black Dragons, à leur liturgie, au fait que des guerriers tel que Toharan pouvaient s’en sentir exclus. Est-ce vraiment cela ? En arriver au point où lui-même, Melus et les autres frères mutants doivent récolter les foudres d’un élitisme non désiré ? Est-ce bien de ça dont il s’agit ? Il se le demanda. Mais peut-être que cela passera. Peut-être est-ce une simple averse et non un orage. Il s’offrit ce bref instant d’espoir naïf. Melus le ramena à la réalité et effaça cet espoir.
‹Vous savez où cela va nous conduire,› dit-il.
‹Vous devez devenir notre capitaine. Nous le savons tous. Même Toharon le sais. J’en prends le pari. Un jour viendra où il faudra l’arrêter. Et vous trouverez beaucoup d’entre nous qui se tiendront à vos côtés.› ‹Le jour viendra ?› coupa Volos. ‹Il est capitaine depuis moins d’une heure et vous me demandez d’organiser une mutinerie ?›
‹Non frère-sergent. Toharan l’a commencée. Vous devez la terminer.

Peu de roman de cette Saga qu’est Space Marine Battles, m’ont réellement convaincu jusqu’ici. En effet, j’ai tendance à poser mes yeux sur les Chapitres qui gardent encore un peu de mystère ou bien des Chapitres qui me sont chers. Avec les Black Dragons en vedette, je savais que j’allais encore avoir affaire à la 21ème fondation, la maudite. De la nouveauté assurée et plus de bonnes surprises qu’il ne laisse présager.

La Mort d’Antagonis fait malheureusement parti des romans dont le titre est très mal choisi, le syndrome La Légion des Damnés. La quatrième de couverture ne fait pas exception à la règle et nous narre encore une fois de plus un message venant de Space Marine accourant depuis l’espace pour sauver un monde quelconque au bord de l’annihilation. Autant dire que rien d’extra n’est au programme. Pourtant, ce livre est réellement génial !

Une introduction simple et efficace nous explique que le monde d’Antagonis est envahi par une peste qui zombifie ses habitants. Le monde est sur le bord de l’extinction et ce sont les Black Dragons qui répondent à cet appel désespéré. Là où les choses se compliquent, c’est lorsqu’un Inquisiteur est déjà sur place et qu’une Chanoinesse, assez particulière, a été mandaté par l’Inquisiton. Tout ce joli beau monde sur une planète infestée de morts-vivants. Vous avez ici l’entrée.

L’auteur nous plongera dans le cœur des batailles en début de roman afin de nous captiver d’entrée de jeu, et posera son scénario principal esquissant lentement l’histoire de l’avenir des Black Dragons en toile de fond. J’ai énormément aimé jongler entre ces deux fils narratifs car le thème de ce roman n’est autre que l’acceptation ou pas des mutations au sein même d’Astartes loyaux à l’Imperium. En cela, le roman est véritablement intéressant à lire. Je dois avouer que beaucoup d’évènements se voient venir d’assez loin, mais sachez que beaucoup d’autres vous serons totalement dissimulées !

Au delà de l’infestation de zombies, c’est un plan mystérieux qui sera mis en place par un groupe chaotique vénérant Tzeentch. Nous suivrons de nombreux sauts warp qui permettront de voir divers lieux de Warhammer 40 000 tels que les mondes ruches, les barges spatiales ainsi que les temples immémoriaux dédiés aux dieux du Chaos. En revanche, ces changements assez fréquents pourront aussi en agacer plus d’un.

Suivre l’aventure des Black Dragons a vraiment été un bon moment de lecture. Apprendre leur credo, leurs forces et leurs faiblesses, me les a rendu extrêmement sympathiques (de plus, l’auteur confirmera implicitement leurs gènes d’origines). La crise éclatant au sein du Chapitre est d’autant plus excitante qu’elle est dangereuse, ce qui permet un attachement quasi immédiat pour ces Astartes maudits.

Un autre argument est bien entendu la rencontre d’une Chanoinesse totalement badass et mystérieuse, d’un Inquisiteur fourbe et malicieux et d’un Chapitre aux mutations indéniables.
Malgré les habitudes, les affinités ne seront pas toujours ce qu’elles semblent être et la rencontre de certains protagonistes feront des miracles comme des désastres. Un point que j’ai particulièrement apprécié.

Le style de David est toujours aussi sombre et bien narré. Quelques clichés sont tout de même présents mais n’entachent en rien l’histoire qu’elle supporte. L’action est très présente et toujours spectaculaire : j’ai trouvé les combats dotés d’une esthétique très visuelle, voir cinématographique. Mention spéciale aux personnages que j’ai tous trouvé géniaux. Pas deux ne se ressemblent. Chacun ayant son importance dans l’histoire.

Le rythme s’accélèrent durant les derniers chapitres et nous gonflent à bloc pour le clou du spectacle en mélangeant combats épiques et retournements de situations !

Les plus

  • Un autre Chapitre maudit qui vaut son pesant de malédiction et de fluff.
  • Des personnages marquants.
  • Une histoire centrée sur la Légion et son avenir.
  • Une plume nerveuse et souple à la fois.

Les moins

  • Le mécanisme des évènements reste classique.
  • Un roman qui change souvent de lieu.
  • On aurait préféré une carte stellaire à une carte planétaire.
4/5
On alterne de façon équilibrée entre un plan astral chaotique et le fluff d'un Chapitre dont il y avait tout à écrire et dont il reste encore beaucoup à dire. Une réussite.