Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de Space Hulk par Maestitia

Publié le Jeudi 15 août 2013

“Leurs forces éparpillées par l’attaque psychique de l’ennemi, il fallut plusieurs minutes pour que tous les Terminators se rejoignent.
Alors que Lorenzo et Claudio se retrouvaient avec Gloriel, Calistarius arrivait avec Gideon juste derrière lui.
Zael, quant à lui, avait été envoyé pour protéger leurs arrières.
Lorsque l’escouade de Gideon émergea, Lorenzo n’en comptait déjà plus que quatre. Frère Omnio manquant à l’appel.
 — Nous devons nous souvenir de nos frères tombés même si nous les vengerons, dis Lorenzo à Gideon une fois arrêté devant lui.
 — Il est tombé dans les profondeurs, répondit Gideon avec de la colère dans la voix. Aucun de nos frères ne devraient mourir seul.
 — Par le sang de Baal, nous les vengerons tous, j’en fais le serment! lança Lorenzo, dans un cri éprouvant la peine de ses compagnons perdus au combat.”

Un Space Hulk perdu dans l’espace? Un groupe de Terminators Blood Angels? Une vengeance à accomplir?
Voilà le cocktail explosif que nous propose Thorpe dans cette nouvelle en VO de 80 pages.

Le pitch est tout ce qu’il y a de plus classique : une escouade de Terminators est envoyée à bord d’un vaisseau fantôme appartenant à leur compagnie pour y mener une enquête et savoir pourquoi ce navire Astartes s’est retrouvé dans cet état.

On a droit à un héros principal et une demi-douzaine de personnages secondaires; aïe aïe, aïe, ça ressemble à La Chute de Damnos tout ça…
Lorenzo, leader de ce groupe, a un passé des plus obscurs. En effet 300 ans plus tôt, sa section a été totalement annihilée par des Tyranides : une race xenos redoutable qui ne vit que pour dévorer les Mondes.
Mais manque de chance pour notre Space Marine, il est le seul à y avoir survécu et à devoir endosser la responsabilité de cet échec monumental.
Et nous voilà donc parti pour une expédition punitive bien musclée.

Une fois à bord, les Bloods Angels se retrouvent face une armée de genestealers qui compte bien leur faire payer le droit de passage, justifiant par un heureux hasard la vendetta de notre cher Sergent.
Alors je vais être franc, ça aurait pu être sympa mais c’est tout l’inverse : ennuyeux à souhait.
Ce récit s’articule en trois phases répétées inlassablement jusqu’à la fin, de la façon suivante :
Porte/Monstres/Trésors.

La narration colle au jeu de plateau du même nom, et on s’engouffre de salle en salle, découvrant tour à tour un Techmarine, un Archiviste, un centre de relaie, le tout après avoir rencontré une pléthores d’aliens qui ne font qu’écailler la peinture des Terminators (pas comme le jeu de plateau en fin de compte!).

Il y a dans cette nouvelle, un nombre faramineux de descriptions de combats au corps à corps, et d’explosion de chitine à coup de fulgurants. Si vous voulez de l’action, foncez, par contre, c’est ça tout le long avec quelques interruptions scénaristiques suivante « Mince, il y a trois générateurs sur ce vaisseau, et si on se divisait en trois groupes de un? »
Je n’exagère pas de beaucoup.
On se lasse de ce qu’il se passe à bord, et le seul personnage qui est un tant soit peu fouillé est un gros dépressif, empli de culpabilité… Niveau leadership, on a vu mieux…

Les plus

  • Si vous voulez améliorer votre anglais au niveau des descriptions, c’est une pure merveille.
  • Le rythme est rapide malgré le peu de chose qu’il s’y passe.

Les moins

  • Une trame scénaristique et des protagonistes sans âmes.
  • Un récit long pour raconter très peu.
1/5
Qui que vous soyez, passez votre chemin, vous ne manquerez rien.