Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de The Tranzia Rebellion - Episode 7 par Priad

Publié le Mercredi 26 novembre 2014 | 2 révisions avant publication | 4 corrections après publication

Nouvel épisode de Tranzia à critiquer et voici qu’après les épisodes 5 et 6 qui se démarquaient par leur pertinence, nous retombons ici sur un radio play de dix minutes qui ne va pas faire avancer l’histoire. Les points soulevés précédemment par Maestitia dans ses critiques et qui ne me sautaient pas foncièrement aux yeux viennent maintenant me hanter. Il y aura peu à se mettre sous la dent avec cet épisode 7 mis à part son ambiance. Avec Andy Smillie à l’écriture, je ne suis guère étonné que nous ayons droit à une torture comme si vous y étiez.

Le Chapelain des Doom Eagles Eifadon accompagné de la Canonesse Aleksa vont interroger un xenos fait prisonnier pour en savoir plus sur cette guerre civile qui a éclaté en plein cœur de Tranzia. C’est après un dialogue un peu soporifique entre ces deux personnages que nous serons emmenés dans cette salle ou l’interrogatoire de ce Tau peut commencer. Le Doom Eagle ne va pas tourner autour du pot avec ses questions plutôt directes sur cette invasion et son objectif. Tant mieux car après les épisodes 3 et 4 qui faisaient mouliner l’histoire, nous sommes tous bien conscient qu’il y a un traitre dans les rangs.

Le Tau n’en révèlera pas beaucoup (ou bien rien que nous ne sachions déjà), ce qui en soi rendra cet épisode totalement dispensable. Par contre les effets sonores s’enchainant pendant la scène de torture furent très dérangeant à écouter car ils sonnent justes. Trop justes ? Disons que nous pourrons difficilement jouer les étonnés en lisant les récits du 41ème millénaire mais les sons ajoutent une tout autre dimension. L’atmosphère qui se dégage de la scène sera donc bien maitrisée, même si le Tau qui prie pour sa vie ne sera pas très crédible (en sachant qu’il ne vient de subir que 3 minutes de torture).

Nos deux héros finiront donc par sortir de la chambre sans en avoir appris plus (ce qui en soi fut assez frustrant), mais l’épisode ne se terminera pas ainsi car Andy se doit de nous donner envie d’écouter la suite par tous les moyens, et ce même si ce n’est pas justifié par la narration. C’est donc sur une toute dernière scène assez obscure que ce radio play sur Tranzia se terminera, une scène de dialogue (encore !) entre les fameux traitres qui n’ont toujours pas tout à fait été identifiés par les héros de cet épisode.

Malgré le vrai bon travail fourni sur le son, on commence à tourner en rond et l’épisode de torture ressemblera à l’épisode 5 de Gav Thorpe où le Capitaine des Scouts Mekatus nous faisait un monologue digne d’un film de guerre. La scène a définitivement la classe mais n’a aucune valeur narrative. L’envie de se plonger dans ce récit Space Marine Battles sur Tranzia commence à s’épuiser alors que nous sommes à peine à mi-parcours. Il va falloir nous en donner plus. The Tranzia Rebellion épisode 7 ou comment ruiner le talent d’Andy Smillie à nous mettre dans une ambiance glauque pour poursuivre une histoire sans fond qui réutilise les mêmes bases encore et encore.

Les plus

  • Une scène de torture comme si vous y étiez.
  • Des sons toujours aussi prenants.

Les moins

  • Une histoire qui fait du sur place.
  • Des questions d'une idiotie lors de l'interrogatoire ...
  • Une forte ressemblance aux précédentes situations que nous avons vues.
3/5
Le récit de The Tranzia Rebellion donne l'impression d'être interminable comme rien de passionnant ne se passe. Dommage car les petits gars de Heavy entertainment n'ont plus rien à prouver.