Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de The Eagle's Talon par Priad

Publié le Vendredi 27 février 2015 | 3 révisions avant publication | 2 corrections après publication

C’était en 2013 que Tallarn : Executioner de John French était publié au travers d’une édition limitée. La novella était une introduction au conflit de Tallarn et présentait les faits dans les grandes lignes du côté des loyalistes. Bien que l’histoire attendait clairement une suite, il semblerait que la Black Library (ou bien John French) ne se soit pas pressé pour nous apporter une autre pierre à l’édifice. Après le très court mais intense prologue Black Oculus du même auteur, que je recommande d’ailleurs chaudement, c’était maintenant au travers de l’audio drama qu’il nous fallait nous tourner pour en savoir plus sur Tallarn. Et nous ne parlons pas de n’importe quel format car c’est ici le principe du radio play qui fera des merveilles.

Si vous avez eu le malheur d’écouter les épisodes de The Tranzia Rebellion vous savez qu’il y a de quoi être inquiet à ce niveau-là car les premiers essais de la Black Library en la matière n’ont pas été très convaincants.

Autant vous dire que l’absence de narrateur n’est pas un manque dans le cas présent car la première originalité de ce radio play de 40 minutes est qu’il est présenté comme un enregistrement d’archive. L’ambiance sombre et héroïque de l’Hérésie d’Horus est présente dès le début avec la voix de la machine traitant les archives et les présentant à nous. Le premier extrait d’archives sera assez mystérieux et agira davantage comme un teaser, avec un son de mauvaise qualité, comme en réceptionnant un message au travers d’un vox communiquant en pleine bataille.

À défaut d’avoir un narrateur nous décrivant tel ou tel lieu, on imaginera nous-même la salle dans laquelle sont diffusés les enregistrements. L’auteur aura d’ailleurs trouvé un subtil moyen de remplacer un narrateur en nous offrant un interlude entre chaque enregistrement. Interlude animé par le monologue d’un Space Marine s’adressant à une audience et tentant de démontrer quelque chose. On ignorera combien de personnes se trouvent dans l’audience ni même qui ils sont, l’auteur préférant un faire un twist à la fin de son audio drama. En plus d’être une bonne idée, le tout fut très bien mené.

Encore une fois John French a fait un très bon travail en ce qui concerne la construction de son récit, une habitude si vous avez lu Child of Night. L’auditeur ne sera pas pour autant perdu puisqu’on nous illustrera très rapidement le contexte dans lequel on évolue : la bataille de Tallarn est engagée depuis 197 jours et le sol n’est plus qu’un désert de chars et d’épaves de Titans. Pourtant la guerre fait encore rage à sa surface et un bâtiment du nom de Eagle’s Talon appartenant aux forces renégates s’effondre depuis les airs pour venir s’écraser avec violence. Erreur catastrophique de la part de l’équipage renégat ou bien action loyaliste depuis le sol ?

Notre Space Marine (narrateur) nous expliquera qu’aucune de ces théories ne sont justes. Un tel bâtiment fut la cible d’un objectif militaire et pas moins de 3 escouades Iron Fists se trouvaient à bord afin de le détruire. C’est dans la suite des enregistrements que l’on nous renseignera sur l’enjeu de détruire un tel vaisseau, un transporteur immense ayant pour objectif de déposer davantage de Titans et autres machines de guerre sur Tallarn. Nous savons donc dès le départ qu’ils ont réussi, mais dans quelles circonstances ?

Il ne faudra pas moins de 7 fragments vox pour nous conter cette histoire se passant au-dessus de Tallarn, alors que nos héros n’ont aucune idée de comment évolue le conflit sous leurs pieds. L’auteur brodera parfois certains extraits avec des banalités de Space Marine comme leur mentalité ou bien leur approche stratégique, mais globalement ça reste très bien rythmé et l’on en apprendra régulièrement pour avoir envie de continuer.

La mission donnera lieu à un peu d’action une fois arrivée au cinquième fragment mémoire et nos héros vont devoir se défendre. Il faut reconnaitre que les scènes d’action ne sont pas les meilleures que j’ai pu écouter dans un audio drama mais je m’en suis personnellement désintéressé, trop concentré sur les directives et les actions données via vox par un commandant Iron Fist. Après tout, ce sont des enregistrements donc il est difficile de rendre les affrontements vivants.

La qualité de son est encore merveilleuse avec un son très net et propre, surtout en ce qui concerne les voix, celle de la machine lisant les vox plus particulièrement. Elle partagera son crédo avant de lancer chaque enregistrement et on se fera un plaisir d’attendre la punchline du mechanicum suivante comme ‹Praise the Machine’, ou bien ‹The Machine is the child of knowledge’.

Nous sommes donc en face d’un très bon radio play, utilisant parfaitement le concept pour servir une histoire et une construction unique. Le conflit de Tallarn a encore une fois droit à un contenu de qualité.

Les plus

  • Le radio play au top !
  • Une qualité de son et d'enregistrement impressionante.
  • Une mission suicide qui terminera de manière épique.
  • Une construction originale et sans failles.
  • Un twist final de bonne facture.

Les moins

  • Un peu de brodage de la part de l'auteur qui n'aide pas le rythme.
  • Des scènes d'action assez banales.
  • Un retour sur Tallarn pas vraiment sur Tallarn.
4.5/5
Avec Eagle's Talon on sait maintenant à quoi ressemble un radio play réussit et comment le concept peut être utilisé à son avantage. Plus qu'une véritable réussite il s'impose comme un modèle pour l'avenir.