Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

La Légion des Damnès : Interview de l'auteur Rob Sanders

Parfois, il suffit de demander.

Bête à dire mais tellement vrai lorsqu’on tombe sur des auteurs qui restent humbles malgré leur succès.
J’ai donc interrogé Rob Sanders à propos de son livre La Légion des Damnés qui paraîtra en français en janvier 2013.

Salut Rob,

Je voulais vous poser quelques questions à propos de votre roman La Légion des Damnés.
En effet, je rédige des critiques sur les romans tirés l’univers de W40k sur le site français Le Reclusiam et plusieurs questions me tarodent l’esprit.

C’est le plus original des romans Space Marine Battle que j’ai pu lire jusqu’à présent. Vous écrivez avec une touche SF beaucoup plus prononcée qu’autres autres auteurs de la Black Library et c’est ce que j’ai adoré : sombre et violent à la fois.

Néanmoins, il y a quelque chose qui m’a profondément choqué.
Pourquoi spoiler la fin du récit avec une telle couverture et  par un pareil titre ?

Laissez-moi m’expliquer : je sais que les auteurs n’écrivent pas les 4ème de couverture, mais avez-vous au moins le choix du titre ?
Là où je veux en venir est que  le punch final est totalement ruiné par le sublime Artwork de Jon Sullivan ainsi que le titre du roman.

Je souhaiterais réellement connaitre votre point de vue sur la question.
Merci d’avance.

झ Maestitia झ

Bonjour Maestitia,

Ravi d’apprendre que tu as aimé La Légion des Damnés. Je suis impatient de lire ta critique sur le Reclusiam. Pour répondre à tes questions, laisse-moi découper ma réponse en plusieurs parties

« Je sais que les auteurs n’écrivent pas leur 4ème de couverture. »
C’est une idée reçue concernant les auteurs qui travaillent pour des sociétés d’édition qui mettent en valeur différents univers.
Il est vrai qu’il existe des gens à Games Workshop responsables d’une quantité colossale de background et de fluff, ils peuvent à juste titre être considérés comme des «maîtres du savoir». Les rédacteurs de la Black Library sont également en charge des encyclopédies Warhammer, Warhammer 40k et de l’Hérésie d’Horus.
Ces experts ont évidemment une influence non négligeable sur certains détails particuliers d’un projet, ainsi que sur la direction des différentes séries Warhammer. Les auteurs de la Black Library sont, à la base, bien responsables de rédiger la quatrième de couverture de leurs romans et nouvelles. Il est vrai néanmoins qu’ils n’écrivent pas toujours le résumé fourni au dos du livre.

« Décidez-vous du titre ? »
La plupart du temps, l’auteur soumet à l’éditeur plusieurs titres. La Légion des Damnés était l’un d’entre eux. C’est un titre cool et la Légion susmentionnée est clairement identifiée sur la 4ème de couverture. Cela soulève un point des plus intéressants en ce qui concerne le titre du roman. Quiconque lit le résumé du roman saura que l’histoire se concentre sur le Chapitre Space Marine des Excoriators.
La Légion des Damnés est un phénomène mystérieux et le titre du livre pourrait suggérer que le roman se concentre exclusivement sur cette Légion. C’est vrai. Le problème si je mettais La Légion des Damnés au centre du roman est que je ruinerais le background de ce Chapitre pour de nombreux lecteurs et joueurs. Un bon auteur fera participer ses lecteurs en les impliquant afin de leur permettre leurs propres interprétations.

Est-ce que la Légion des Damnés est la vedette du roman? Oui.
Est-elle présente tout le long du récit? Oui.
Est-ce que la représentation de la Légion des Damnés est conforme à son fluff (des Space Marines se battant contre d’impossibles forces bénéficient de l’intervention surnaturelle de la Légion des Damnés) ? Oui. C’est même abordé dans le résumé du livre.
C’est drôle,  personne ne trouve étrange que le mot «Seigneur des Anneaux» ne figure pas dans chaque phrase, sur chaque page de chaque livre de la série. 

Le punch de fin .
Merci Maestitia, s’en est bel et bien un et attendu comme tel. Ce n’est pas simplement l’implication de la Légion des Damnés qui crée le punch de fin,  car après tout, cette fameuse intervention est déjà abordée sur 4ème de couverture.
Au final, les lecteurs aiment savoir dans quel direction va l’auteur, et c’est pour cette raison qu’on ne peut pas appeler tous nos romans «Projet Space Marine Non spécifié ».

Questions très pertinentes Maestitia. J’espère y avoir répondu correctement.

Rob s’est vraiment bien défendu. Certaines de ses explications sont bien justifiées, mais il reste cependant certains points peu légitimes selon moi.
Il ne vous reste plus qu’à le lire de votre côté pour vous faire votre propre idée. Nous attendrons vos commentaires en Janvier.

Source : Le Blog de Rob Sanders

  • Publié le Jeudi 25 octobre 2012
  • 4 corrections après publication
  • Par झ Maestitia झ