Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de Nocturne par Maestitia

Publié le Lundi 2 décembre 2013

J’ai assisté à un miracle sur le Récif de Volgorrah. Il en était de ma destinée d’en revenir, afin que le sceau soit retrouvé et  les secrets de notre père révélés. J’en suis convaincu. L’histoire est en marche et Dak’ir en fait partie. Que ce soit pour le bien ou le mal, je ne le sais pas, mais nous ne devrions pas nous prononcer sur la base de notre peur.
Sa déclaration fut accueillie en silence. Agacé, il poursuivit.
– Devons-nous donc prononcer sa mort ? Allons-nous condamner ce fils de Vulkan et jeter ses cendres dans la Plaines Aridienne ? Frères ! Pas de précipitation. Il se joue bien plus qu’aucun de nous ne peut l’appréhender. Je perçois la main de Vulkan.
Tu’shan avait un regard songeur. Tout pouvait basculer dans un sens ou dans l’autre. Finalement ce fut une autre voix qui intervint.
– Moi aussi.
Tous les regards pivotèrent vers une silhouette dans l’ombre assise en retrait des autres, à l’écart du cercle, comme si l’inconnu s’était mis en réserve du Chapitre par nécessité de sa mission sacrée.
Vulkan He’stan parla et tous l’écoutèrent.
– Un roturier, un fils de la terre, franchira les portes de feu, il sera notre Salut ou notre Malédiction, déclama-t-il en récitant une partie de la prophétie. Et s’il était le Salut ?

Et voilà donc le tome censé clôturer la trilogie du Tome du Feu de Nick Kyme.
Dak’ir, sauveur ou destructeur de Nocturne ? Et bien c’est ce que nous allons voir dans ce tome-ci !

Le premier, Salamander, prenait son temps pour amener le lecteur dans la trame de la saga, le second tome Firedrake, vous plongez directement dans le cœur de l’action avec une belle grappe de personnages plus classes les uns que les autres. Ce roman-ci est une combinaison des deux premiers sur fond de fin du monde.
On sera bien sûr heureux de retrouver ces fils du Feu que l’on connaît bien maintenant, tels que le Firedrake Praetor, Elysius le Chapelain ou encore Dak’ir notre Archiviste dans la panade depuis l’opus précédent à cause de la prophétie du Tome du Feu.

Ayant peur de cette prophétie, les Salamanders décident alors d’enfermer dans le confinement le plus total l’élève de Pyriel afin qu’il reste le plus inoffensif possible avant qu’un jugement ne lui soit rendu.
Alors que notre Archiviste incontrôlable est en détention provisoire, c’est à travers les yeux de Ba’ken, Tsu’gan, Praetor et Nihilan, que nous avancerons dans l’histoire. Si le livre précédent était un concentré d’action, celui-ci est davantage centré sur l’importance et la destinée de Nocturne. Nihilan, le sorcier renégat des Dragons Warriors, a bien décidé d’envahir son ancien monde natal à l’aide d’Eldars Noirs ainsi que des mercenaires Kroots. Eldars qui reviennent une fois de plus pour semer l’anarchie la plus totale au sein des forces Astartes.

C’est bien sur ce fond d’apocalypse que le roman Nocturne est basé.
Outre la prophétie, c’est bien à un siège d’envergure planétaire que les fils de Vulkan vont devoir faire face. On retrouve bien évidemment leur pragmatisme et leur stoïcisme légendaire, toujours aussi bien retranscrit par la plume de Nick Kyme qui n’a plus à prouver quoique se soit.
Le principal point fort de ce roman est qu’en plus du fait d’apporter le dénouement à la prophétie, il complète la profondeur de caractère de chaque personnage. Entre Emek, qui ne se croit plus capable de rien à cause de ses blessures trop importantes, ou de Tsu’gan qui se réveille séquestré dans la barge de Nihilan avec une rage dévastatrice, on arrive à un point de la Saga où nous nous rendons compte de l’évolution de la mentalité de nos héros, un plus très appréciable.

Le bon point du roman, une pléthore de personnages badass au possible.
Lorsque le Capitaine des Firedrake en Armure Terminator Praetor et le Maître de Forge Vulkan He’stan se lancent ensemble à l’abordage du vaisseau des traîtres, c’est un véritable cocktail explosif d’honneur, de sacrifice et de déchainement que reçoit en pleine face le lecteur.
Des Space Marines referont surface tandis que d’autre nous quitteront pour toujours…
A la fin du récit, on s’attachera tellement aux protagonistes que même l’histoire restera secondaire, du moins cela a été mon cas même si cette dernière fut mieux gérée que dans Firedrake.

Ce tome est rempli de retournements de situation… Trop peut-être.
Il est vraiment difficile de le juger, mais ce que l’on peut dire avec certitude c’est que ce tome ne boucle pas la Saga du Tome du Feu mais plutôt celle de Dak’ir, l’Archiviste Prophétique.
Je n’ai pas vu passer les pages, les chapitres s’enchaînant facilement et alternant suffisamment bien entre les Space Marines pour ne pas s’ennuyer. C’est là que l’on voit que l’auteur a réussi son pari, car chaque vision est différente et surtout aucune ne prend plus de place qu’une autre. En somme un roman équilibré.

Là où nous pourront émettre un bémol est sans doute la manifestation de la prophétie via Dak’ir…
Je vous laisse lire le roman pour vous faire votre propre idée mais certains évènements en toute fin de roman sont un peu perturbants. Cependant cela ne gâche pas pour autant le récit. Les histoires parallèles se juxtaposent à la principal tout en donnant au scénario un second souffle. J’ai passé un très bon moment et je réitérerai l’expérience avec le prochain sans hésitation !

Les plus

  • Une évolution des personnages toujours aussi efficace qui les crédibilisent et les affirment.
  • Praetor, Elysius, Ba’ken, He’Stan, tant de noms qui généreront dans vos cœurs un feu prométhéen jouissif.
  • La Destiné de Dak’ir enfin révélée et une étape qui se termine dans ce dernier tome.
  • Une narration au top selon moi. Pas le temps de reposer le livre, je l’ai dévoré en moins d’une semaine.

Les moins

  • Une fin en queue de poisson au sujet du Tome de Feu, une suite est quasi obligatoire quand on lit ce roman.
  • Certaines facilités à quelques moments qui ne sont jamais justifiées.
  • Des événements, et surtout des manifestations un peu tirées par les cheveux.
3.5/5
Ce roman ne se conclut pas aussi bien que l’on aurait aimé mais c’est peut-être pour le mieux ? Une suite serait logique selon moi. Le livre se lit très facilement et le florilège de personnages est réellement sa force. Un livre abouti qui satisfera la plupart, Nick Kyme associé aux Salamanders est désormais une valeur sûre.