Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de Ravenor - Rencontres par Priad

Publié le Mercredi 22 mai 2013 | 5 corrections après publication

Les hommes qui chargent, lances en avant, se disloquent comme des poupées de chair et d’os.
C’est seulement à ce moment-là que je peux me laisser tomber sur mes genoux d’emprunt, lâcher le pistolet et m’affaisser sur moi même.
Kys est là. Elle me sourit. Elle me parle.
 — Ca va aller. Je vais te sortir de là.
Et elle le pense.

Premier tome d’une trilogie, le livre nous raconte les aventures de Gideon Ravenor, ancien élève de l’infâme Inquisiteur Eisenhorn.
Il n’est d’ailleurs pas nécessaire d’avoir lu la première trilogie sur cet Inquisiteur pour profiter de celle-ci, les deux étant indépendantes. Dan Abnett le confirme d’ailleurs au travers de sa préface (qui laisse présager du meilleur pour la suite des romans sur l’Inquisition). Devenu Inquisiteur à son tour, Ravenor  est envoyé en mission afin d’enquêter sur un mystérieux trafic de drogue sur un monde ruche.

Sous ce simpliste résumé se cache en réalité d’énormes enjeux politiques et économiques, résultant d’un complot  que Ravenor et son équipe sont loin d’imaginer. Ainsi, ce tome nous plonge dans un univers sombre, depuis les sous strates sociales de cette ruche immonde à ses plus hautes sphères. En plus de rendre la ville crédible (cette dernière fourmille de détails) Dan Abnett nous emmène aussi bien plus loin, dans des lieux dangereux où la loi du plus fort est le mettre mot.

Ce qui surprend avant tout, c’est ce rythme effréné qu’Abnett impose aux lecteurs. La trame s’introduit rapidement et l’écriture, très imagée, nous permet de nous représenter facilement les situations. Mention spéciale à la course poursuite sur les toits délabrés de la sous ruche sous une pluie battante. Car en plus d’avoir une ambiance bien à lui, Dan Abnett nous gratifie de nombreux personnages, très cohérents dans leurs démarches et leurs approches de la mission. Cette dernière est d’autant plus dure que Ravenor se déplace en fauteuil antigrav depuis le grave accident survenu dans Malleus. J’ai apprécié le fait que l’auteur n’en fasse pas un Inquisiteur solide et puissant, ici l’aspect brutal est mis de côté, favorisant une approche plus réfléchie mais toujours menée tambour battant.

Et il faudra réfléchir avant de foncer car même avec une fine équipe, le danger et bien là. On reconnaitra bien l’élève de Ravenor en certains aspects mais on peut dire que l’auteur nous offre tout de même un sacré témoignage de ce que c’est que d’être un Inquisiteur en ces temps de trouble. Le roman sera long et l’histoire assez solide. Un grand plus pour la construction logique des évènements, qui tout comme dans la saga Eisenhorn s’enchaine très logiquement pour offrir aux lecteurs une lecture très fluide et compréhensible. Le dernier a m’avoir donné un tel effet fut ADB avec La Griffe d’Horus.

L’action ne sera pas en reste non plus avec des combats mentaux, mais aussi des coups de fuseur. La fragilité de Ravenor n’en sera pas moins un challenge dans bien des situations et son équipe n’a véritablement rien à envier à Eisenhorn, surtout lorsque l’on sait qu’un membre est passé de l’un à l’autre après ce qui est arrivé au premier Inquisiteur.

Si la trilogie d’Eisenhorn a su vous captiver, alors nul doute que vous saurez apprécier cette nouvelle trilogie à la fois plus longue et plus lente. Le début de ce premier tome est un peu trainant mais offrira beaucoup de rebondissements une fois passé le premier tiers, surtout après que Zael Effernetti se joigne à l’équipe. Un personnage que j’ai accueilli avec plaisir puisqu’il me fit penser à Raych, ce jeune garçon de 12 ans ayant passé sa vie dans les rues de Billibotton — Trantor, dans Aube à Fondation.

Les plus

  • La diversité des lieux et des ambiances.
  • Les protagonistes principaux sont recherchés et diablement vrais.
  • Le livre offre pas mal d'action mais aussi pas mal de rebondissements.
  • Un scénario riche mais pas complexe.

Les moins

  • Un grand nombre de personnages pouvant nuire à la clarté du récit.
  • Peu de véritables renseignements sur l’Inquisition et son fonctionnement.
  • Quelques longueurs sont à noter.
4.5/5
Un premier tome complet et agréable à lire, augurant du meilleur pour la suite, et cela, que l’on soit fan ou pas de l’Inquisition. L'univers est respecté et l'on plonge avec brio dans cette nouvelle histoire.