Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de Salamander par Maestitia

Publié le Jeudi 7 juin 2012 | 3 corrections après publication

- Tu sens ça ? lui demanda l’Archiviste en fermant les yeux et en occultant ses autres sens pour ne se concentrer que sur le toucher.
Dak’ir hocha la tête, même s’il n’avait aucun moyen de savoir ce qu’avait ressenti l’Archiviste. Le sol tremblait légèrement. C’était lointain, mais constant, comme s’il se trouvait sur une artère de la planète.
 — Ce sont les derniers battements de cœur d’un Monde à l’agonie, frère.
Dak’ir ouvrit subitement les yeux et se releva. Ses récentes visions lui revinrent à l’esprit et il se demanda soudain si Pyriel les avaient vues, s’il avait lu dans son esprit et connaissait la teneur de chacun de ses rêves.
 — Que dîtes-vous Archiviste? Que Nocturne va connaître le même sort?
 — Tous les Mondes meurent un jour ou l’autre, répondit Pyriel avec pragmatisme…

Enfin le Chapitre des Salamanders a droit à une Saga : Le Tome du Feu, un artefact laissé à la Légion et rédigé des propres mains de Vulkan, le Fils du feu. Mais que peut bien nous apporter cette première trilogie ?
Et bien il faut tout d’abord bien situer les évènements. Suite à une découverte prophétique sur Nocturne, le monde natal des Salamanders, une partie de la Légion se voit confier la mission de retrouver une planète où selon la légende se trouverait Vulkan, le Primarque et père de la Légion.

Nous auront droit à un riche éventail de personnages et de clichés faciles mais bien écrits. Ce mélange sera très agréable, car on aimera toujours retrouver le costaud gentil, le prétencieux frustré etc…
Au-delà de cela, la Légion est au centre de ce roman. En effet, Nick va imposer dans ce premier roman les bases de la mentalité, des croyances et des craintes potentielles des Salamanders. Se sera un réel plaisir de lire les aventures d’Astartes qui s’apparentent plus à des hommes qu’à des machines. Cet aspect en fait selon moi son fer de lance.
Ajoutez à cela un Dak’ir très profond (parfois trop ?) qui découvrira comment surpasser ses capacité d’Astartes pour devenir quelque chose de bien plus singulier. Cette quête initiatique sera notre road movie pour notre plus grand plaisir. D’un autre côté nous aurons Iagon, le personnage qui évolura quant à lui dans une autre direction tout aussi intéressante. Un mix efficace.

Trois fils scénaristiques seront déroulés tout au long de l’intrigue et ces derniers seront tous menés par un personage charismatique, permettant ainsi une ambiance et des enjeux différents à chaque section du roman. Je dois malgré tout mettre un bémol pour les premiers chapitres qui sont d’une molesse comparés au roman dans sa totalité.
Par ailleurs le style de Nick permet de dévorer les pages les unes après les autres car il sait justement doser sa plume.

Une bataille colossale aura lieu à la fin du tome et elle vous marquera certainement grâce à ses retournements de situations et à son ambiance très Waaargh.
La fin reste ouverte et nous offre un léger aperçu d’une suite qui s’annonce passionante.

Les plus

  • Des protagonistes très attachants même si on reste malgré tout dans les clichés d’autres romans.
  • Une quête passionnante.
  • Du fluff, pas énormément mais du fluff quand même.
  • Une ambiance Waaargh notable.
  • Pas de fin en queue de poisson. Pourquoi se priver ?

Les moins

  • Un début lent et prévisible. Lisez le reste du roman.
  • Trop classique, trop cliché.
3.5/5
Kyme nous donne énormément sans pour autant tout nous dévoiler. Il donne envie de lire la suite, que se soit l’évolution ou la chute de tous ces protagonistes.