Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de The World Engine par Priad

Publié le Samedi 2 mai 2015 | 7 révisions avant publication | 2 corrections après publication

 — C’est notre devoir, dit Nilhar. Et c’est aussi le tien.
 — Même Samalh est d’accord avec nous, ajouta Palao. C’est tellement évident.
Faraji traversa chaque visage du regard. Ils étaient ses frères, mais plus que cela, ils étaient sa responsabilité.
Sa tâche était de les mener et de les enseigner, mais plus que tout encore, sa tâche était de ne jamais les abandonner.
Mais que leur avait-il appris jusque-là ?
Au-dessus de tout, leur devoir et ce que cela signifiait. Maintenant ils lui démontraient qu’ils avaient appris la leçon. Peut-être que le devoir de Faraji avait finalement été rempli et qu’un autre devoir bien plus important allait maintenant prendre le dessus.
 — Nous suivons votre volonté, dit Samahl, mais par le trône, prenez votre décision rapidement.
 — Vous ne serez pas oubliés, répondu Faraji, et je ferai le deuil de chacun d’entre-vous.
 — Faites plutôt le deuil des autres, entama Samahl, car je n’aurai jamais cessé de me battre en tant qu’Astral Night. Nous le savons tous. De cette manière j’obtiens la mort que ma maison a toujours souhaitée.

La saga des Space Marine Battles n’a jamais brillé par sa qualité globalement. Bien souvent relégué comme roman de divertissement sans consistance ni originalité, je les lis bien souvent sans conviction. A part quelques titres qui ont réussi en s’en sortir jusqu’ici comme Helsreach ou encore La Mort d’Intégrité, on peut dire que la série est loin du sans-faute. Dommage car les nouvelles et audio drama sont de leur côté beaucoup plus convaincants en général.

C’est néanmoins avec un état d’esprit un peu plus optimiste que j’entamais ce récit. Premièrement car cela faisait bien longtemps que je ne m’étais pas replongé dans la série, et ensuite car l’auteur Ben Counter avait eu son séminaire dédié lors de l’événement du Black Library Weekender III. L’auteur m’avait donc vendu du rêve pendant près d’une heure, me teasant cette bataille connue de l’univers de Warhammer 40K où le Chapitre des Astral Knight combattit les Nécrons sur cet énorme vaisseau monde du World Engine. Sans connaitre l’histoire de ce conflit sur le bout des doigts j’entamais donc la lecture de cet énième tome Space Marine Battle espérant passer un bon moment.

Le début du roman me donna d’ailleurs une assez bonne impression, décrivant l’atterrissage (doux euphémisme) des Astral Knights sur ce vaisseau monde Nécron, véritable arme de destruction planétaire. Il n’a pas fallu longtemps pour que l’auteur de La Galaxie en Flamme nous jette dans l’action. Une entrée en matière divertissante qui pourra tout de même manquer de contexte pour les lecteurs n’ayant pas lu la cinquième édition du codex Space Marine pour savoir de quoi l’on parle. Une petite recherche devrait vous mettre sur la voie mais il est dommage que Ben Counter n’est pas fait son boulot, à savoir dépeindre le contexte pour appuyer son histoire. Les enjeux sont par contre clairement expliqués, envoyer les derniers membres d’un Chapitre Astral Knight déjà en voie d’extinction sur un monde/vaisseau dont on ignore tout afin de le détruire et empêcher la destruction d’autres planètes de l’Imperium. On fermera les yeux sur la logique utilisée pour amener l’histoire mais c’est définitivement le genre de point que l’auteur en charge aurait pu éclaircir avec une idée, car donner vie à un conflit, c’est aussi composer et détailler les bases pour les rendre plus solides. Il y aura néanmoins un rebondissement concernant la direction dans laquelle se dirige cette arme de mort, mais cela restera un détail très superficiel.

Pourtant Ben Counter prendra d’autres libertés pour détailler son récit. Nous commencerons par suivre notre bande de héros sur le World Engine, de la recrue au Techmarine et c’est bien là la seul force du récit, suivre le conflit à travers divers regards. Nous sommes loin d’une réussite comme Titanicus ou bien encore La Bataille de Calth mais l’idée est là et nous permet de nous offrir un maximum d’informations sur les enjeux des protagonistes. Cependant il faudra reconnaître que passer d’un personnage à l’autre manquera grandement de fluidité et accentuera encore ce sentiment d’être perdu dans une bataille où rien ne nous est expliqué.

Le World Engine manquera lui aussi de description, tout comme les nécrons, ici réduis à leurs plus simples expressions. L’auteur mentionnera bien sur les nouvelles unités afin de vendre les nouveaux produits Games Workshop mais le tout restera tellement succinct et superficiel qu’on aura du mal à s’y intéresser. Un comble lorsque l’on connaît l’objectif d’un tel roman. Pourtant je dois reconnaître que quelques passages sont honorables et mettent en valeur les nécrons, mais surtout leur fluff. Connaissant peu de cette race, je dois dire que le roman fait usage de leur histoire pour questionner le lecteur. Nous sommes donc loin de La Chute de Damnos, mais il reste un sentiment d’inachevé avec le potentiel des nécrons.

Au fil des pages l’auteur s’enlisera dans le bon vieux style bolt-porn, avec un cruel manque de profondeur. Les Astral Knights seront tous plus creux les uns que les autres et le conflit semblera finalement sans ampleur. On ne comprendra pas toujours où l’auteur veut nous emmener et le voyage sera long et laborieux. On en apprendra un peu plus sur ce Chapitre successeur des Ultramarines mais il faudra beaucoup de volonté pour poursuivre le récit jusqu’à la fin peu inspiré.

Les plus

  • On pose les pieds sur le World Engine avec Ben Counter.
  • Différents personnages apportant différents points de vue.

Les moins

  • Peu ou pas de contexte partagé en début de roman.
  • L'histoire manque de détails, de descriptions, bref de consistence.
  • Tellement d'action que j'en fus écoeuré.
  • Des Astral Knights et des Nécrons sans aucun relief.
2.5/5
Nouvelle déception pour une série en dents de scie. The World Engine n'a rien à offrir et est une opportunité ratée de voir un Chapitre méconnu comme les Astral Knights s'opposer aux nouveaux Nécrons.