Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

L'Écho du Warp #7 Part 1: "Les choses sérieuses vont commencer !"

+++ TRANSMISSION DU PROTOCOLE D’IDENTIFICATION :  INVESTIGATEUR HEIMILH ASTORIAS +++

Émetteur  : Investigateur Heimilh Astorias, Inquisiteur renégat, anciennement affilié à l’Ordo Xenos
Destinataires  : Reclusiens et autres adeptes
Date  : 0 105 014 M3

Crédo du jour : « Le chaos est rempli d’espoir parce qu’il annonce une renaissance.»

LUX TENEBRAE, 10 minutes avant l’abordage

- Nous sommes en position Maître !
 — Bien reçu ! Restez en mode furtif dans la zone. Si nous ne devions pas revenir, ne retournez pas au Spatioport. Mettez le cap à toute vitesse dans la direction de votre choix !

Les Word Bearers nous avaient accueilli sur leur spatioport, et s’étaient investi dans la réparation des dommages causés par la Deathwatch à bord du Lux Tenebrae. Il est clair qu’ils ne laisseraient pas s’envoler leurs capitaux sans rien faire.

- Maitre, le Lux Tenebrae n’est pas tout à fait opérationnel, et je..
 — Pensez-vous que les Word Bearers vont vous accueillir à bras ouverts si nous échouons ? Si vous ne voulez pas goûter à leurs athamés, Prenez vos distances !
 — Oui maitre. Bien reçu !

La réponse, hésitante, avait tardé à venir. Mais les Word Bearers ne demanderaient pas la permission à mon équipage pour s’approprier le Lux Tenebrae…Et tout ce qui va avec d’ailleurs ! Mieux valait mourir dans l’espace que subir une agonie sans fin aux noms des dieux chaotiques.

- On y est. Préparez vous ! Siffla Linus.

Carsten le Night Lord demeurait silencieux. Il n’avait pas encore mis son casque. Son visage blafard n’exprimait aucune émotion. Ses traits été plutôt fins et réguliers, sans aucune cicatrice. Il avait une bouche sans lèvre, un nez long et étroit, mais ses yeux étaient aussi noirs que la plus sombre des nuits sur Nostramo ! Ses cheveux noirs étaient clairsemés et irréguliers, ce qui jurait particulièrement par rapport aux traits fins de son visage. Linus m’avait confié qu’il se rasait la tête à l’aide de ses propres griffes éclairs. Je n’avais jamais su si cela était vrai.
Yargol lui, avait du mal à contenir sa colère. Le Reclusiam avait parlé, la furtivité avait été jugée plus apte comme approche, et demander à un World Eater d’être furtif n’était pas la chose la plus facile qu’il m’ait été donné de faire durant ces derniers siècles. Il m’avait fallu ruser.

- Yargol tu resteras en permanence près de moi. Massacre quiconque nous attaquera !

Seul le rugissement de sa hache tronçonneuse m’avait répondu. Pourtant, cette dernière avait l’air mille fois plus amicale que le regard de Yargol. Des yeux bleus aciers enchâssés au marteau dans un visage rustre, rougeaud, à la peau tannée et couturée de cicatrice. Yargol était grand et massif même pour un World Eater, et il dégageait une impression de pure violence qu’un simple mot pouvait déchainer… mais il semblait s’accommoder de sa mission actuelle.
Linus, quant à lui, marmonnait dans sa barbe. Le Word Bearer semblait réfléchir. Son crane chauve était tatoué de symboles étranges qui donnaient invariablement la nausée lorsqu’on les fixait trop longtemps. Des yeux jaunies, en perpétuel mouvement, animés un visage sombre, voir mélancolique, dont la moitié portait des traces de brûlures. « Un souvenir des Nova Marines.» m’avait-il dit un jour. « Ou une erreur de manipulation de son propre lance flamme !» avait murmuré Asgeir.
Le Dreadnought Comtemptor était resté au spatioport. Son immense carcasse d’Adamantium était trop grande pour la balise de téléportation d’un vaisseau comme le Lux Tenebrae. Quel serait son sort si jamais nous ne reviendrons pas ? Je me surprenais à avoir de telles pensées. Etais-je entrain de m’attacher à des renégats ? Si je devais survivre à l’abordage du cuirassé Space Wolf il me faudrait réfléchir à cela.

- Nous sommes suffisamment prêt du cuirassé, Maitre.
 — Ok, c’est maintenant ou jamais !

J’avais enfilé ma tenue de combat inquisitoriale. Une armure carapace de cuir noire dont j’avais pris soin d’arracher tous les symboles, et des lunettes de vision nocturne modèle condor. Un brelage de cuir usée supportait les poids de Crache Cendre mon pistolet fuseur, et de ma vibrolame inquisitrice.

- Veuillez entrer dans le cercle de téléportation.

Il était à peine suffisant pour contenir Yargol, Carsten, Linus et moi et n’aurait jamais pu englober la masse d’Asgeir. Des éclairs crépitaient au dessus de nos têtes. L’air sentait l’ozone. Le transfert n’allait pas tarder.

- Téléportation dans 5…4…3…2…1 !

………………………………………. ……………………………………..

A l’intérieur

- Ooooh ma tête.

C’était le noir complet. Je me relevais péniblement et tâter mon corps pour savoir s’il ne manquait rien.

- Silence ! C’était la voix de Linus.

Tout semblait être à sa place. Cependant, je n’y voyais rien. Je touchais mes yeux pour savoir s’il était toujours là. La téléportation n’était pas le mode de voyage le plus fiable. Je savais en revanche que mon nez était bien à sa place, et qu’il fonctionnait à merveille, car une odeur des plus abjects saturait mes narines.

- Mais où sommes nous ?
 — Vision nocturne Astorias ! On ne vous apprend rien à l’ordo Xenos ? Encore Linus. Décidément…

Je me sentais vidé et courbaturé. Je n’étais pas allé sur le terrain depuis… des siècles ! J’allumais mes lunettes de vision nocturne. Je vis alors l’endroit où je me trouvais. Une pièce octogonale, aux murs d’acier ravagés par la rouille et… constellait de croutes de sang purulentes séchées.
Mais ce n’était pas tout. Il y avait de la viande partout. Des quartiers de viandes pourries, gonflés, avariés, constellés de mouches grasses qui étaient devenues trop lourdes pour voler. L’odeur qui s’en échappait été insoutenable. Je sentais mon estomac se retourner plusieurs fois à l’intérieur de mes entrailles. Nous nous étions téléportés au beau milieu de ce qui semblait être une décharge à viande. La stupeur fut telle, que je fis instinctivement plusieurs pas en arrière jusqu’à me cogner sur l’armure écarlate de Yargol. Le World Eater se tenait derrière moi en silence, aux aguets… Linus se tenait accroupi à plusieurs mètres de là, le canon de son lance flamme lourd pointé vers la seule sortie visible. Je ne voyais pas Carsten.

- Où est…
 — Parti en reconnaissance, me coupa Linus. Allons-y ! Ne restons pas là.

Je fus poussé en avant par Yargol. Une fois à l’extérieur, nous nous retrouvâmes dans des couloirs étroits et obscurs. Pas de traces des Space Wolves néanmoins, ni d’équipages. En revanche, il y avait toujours des quartiers de viandes qui jonchaient le sol. Les murs étaient eux dévastés. Ils étaient saturés de marques de combat, impact de Bolt, brulure de laser, et d’autres choses moins identifiables.
Qu’est ce qui a bien pu se passer ici ? Dans quoi Lazarus nous avait t’il fourré ? Il me fallait apaiser mon esprit en lui donnant un objectif clair.

- Carsten, au rapport.
 — Je suis 30 mètres devant vous. Pas de menace directe à signaler. Mon auspex ne fonctionne pas ici, je ne peux expliquer pourquoi.
 — Bien reçu. Continuez la progression vers le poste de commandement. Signalez toutes menaces potentielles. Nous sommes en territoire ennemi. Tâchons de rester discret.
 — Négatif, Astorias ! L’obscurité règne ici ! Nous ne sommes pas en territoire ennemi. Nous sommes chez moi ! Le Night Lord coupa la transmission.
 — Ah ! Carsten a décidé de prendre du bon temps avant de mourir, cracha Linus.

Nous progressions à un rythme lent, couvrant tous les angles et toutes les ouvertures du bout de nos canons. L’intérieur du cuirassé était entièrement ravagé. Chaque parcelle de métal était rouillée. J’étais loin d’être un adepte du Dieu Machine mais l’esprit de ce vaisseau me semblait mort depuis bien longtemps. Soudain le réseau vox crépita, c’était Carsten.

- Contact à 50 mètres de ma position. Deux Space wolves. Equipement standard. Deux Bolters.

  • Publié le Vendredi 17 octobre 2014
  • 17 révisions avant publication
  • 2 corrections après publication
  • Par ₹ Heimilh ₹