Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de The Treasures of Biel-Tanigh par Maestitia

Publié le Mardi 15 juillet 2014 | 4 révisions avant publication | 4 corrections après publication

 « Non, entonna-t-elle distinctement. Sa petite voix ressemblait à un croassement rauque à côté de celle des nouveaux arrivants. Les jumeaux glissèrent vers la rampe proche d’eux à cet unique mot, tentant un saut instinctif vers la liberté. Quatre gracieux eldars à la peau d’épine, masqués et équipés de fouets en métal noir sculptés comme des ronce tordues, se rapprochèrent.
« Il apportera un grand malheur à votre peuple, l’avertit un des deux eldars alors qu’il tentait d’encercler la cheville de Vyriadh avec son fouet.
 — Les halles maudits de Shaa-dom doivent rester scellés à tout jamais, enchaina un autre alors que son fouet de ronces s’élançait ver le cou de Xyril. »
Les jumeaux bondirent en action, plongeant l’un devant l’autre pour éviter les attaques des deux eldars. Le pistolet de Vyriadh cracha des pointes empoisonnées vers l’eldar au visage masqué faisant trébucher son assaillant plus loin. Xyril paria sur un coup destiné au bras de Vyriadh, mais elle était encombrée, tenant encore dans sa main la pierre d’opal. Leurs assaillants virevoltèrent dans les ombres, leurs silhouettes disparaissant indistinctement dans les ombres profondes.

Nouvelle présente dans le recueil, Black Library Games Day Anthology for 2011/12, The Treasures of Biel-Tanigh est censée être liée plus ou moins directement avec The Curse of Shaa-dom, mais vu cette fois-ci par les Eldars Noirs d’Andy Chambers. Un chassé-croisé entre cousins ? Un crossover entre Eldars des Vaisseaux Mondes et Eldars de Commorragh ? Il falait évidemment s’en occuper.

Résultat des courses? Et bien cette nouvelle réussit mieux son office en tant que prélude à la Voie de l’Eldar Noir plutôt qu’en tant que crossover. Si Midnight on the Street of Knives était une introduction à la Disjonction, cette nouvelle en est un aperçu. En effet, dans ce récit qu’on aura beau suivre avec intérêt grâce à ses personnages, on se sentira isolé à cause d’une intrigue peu captivante.

Cette courte histoire n’a de lien avec la nouvelle de Gav Thorpe que le lieu : le royaume de Biel-tanigh. Ici, nous suivrons deux Eldars Noirs (des jumeaux de sexe opposé) psychiquement liés l’un à l’autre depuis leur naissance dans un laboratoire de tourmenteur. Ce même tandem aura la tâche de retrouver une pierre très spéciale et la ramener à leur Voïvode (Archon), Yllithian. Autant vous dire que ces deux-là n’ont pas besoin d’ouvrir la bouche pour se comprendre. Originalité dans leurs dialogues, car ils ont le mérite de travailler dans un contexte peu courant. Les échanges sont synchro› et donnent l’impression que c’est un seul corps qui avance plutôt qu’un duo

De plus, les descriptions lors des scènes d’action et de combats des jumeaux face à l’ennemi sont décrites de façon à se que l’on ressente la symbiose de la paire d’Eldar. L’un parant les coups destinés à l’autre, par exemple. C’est véritablement ce que j’ai le plus savouré, car nous n’allons suivre qu’eux jusqu’à la fin. Trois interactions auront lieu, mais inégal en pertinence. On fera le yoyo émotionnel face à cet artefact qui recèle une volonté bien plus terrible qu’elle n’y paraît.

Cette pierre est d’ailleurs très bien gardée ; Xyril et Vyriadh devront être sur leurs gardes à tout instant, car les gardiens des trésors Biel-tanigh ne sont pas des simples portiers.
Étrangement, ils ne seront pas les plus importants, mais les échanges entre cousins sont toujours sympathiques à lire. Malheureusement pour nous, la rencontre sera trop courte pour l’apprécier pleinement. On en demandera encore.

Tout comme Priad, l’idée de croiser les deux sagas d’Eldars était une idée géniale. Le souci est que les auteurs ne se sont peut-être pas assez concertés pour nous narrer un lien fort entre les deux série. Pour le lecteur, cela aurait pu lui donner envie de passer de l’une à l’autre. Dommage. On appréciera le fait que cette aventure est totalement dispensable à la saga. Autant Midnight on the Street of Knives nous plongeait au coeur de la mentalité et de l’atmosphère glauque de Commorragh, autant nous n’aurons droit ici qu’à une infiltration assez classique.

Autrement cette aventure se lit très rapidement et facilement. On a toujours droit à ce style descriptif très riche sans être lourd et ses moments d’action mettant en avant l’esthétisme des acrobaties et de la souplesse de nos héros. Un bon point pour la forme, mais le fond restera bien trop creux.

Les plus

  • Un style riche et vivant.
  • Le duo d'assassins jumeaux liés mentalement.
  • L'originalité.

Les moins

  • Un prélude maquillé.
  • Un lien très fin avec la nouvelle qui la précède (mais cela peut être un choix éditorial de ne pas complètement les réunir).
3/5
Le duo des jumeaux offre une originalité indéniable et une mise en scène efficace, mais reste insuffisant pour nous plonger dans cette nouvelle que l'on suit sans grand intérêt. Le lien avec la saga est mince et la pertinence de son crossover avec Shaa-dom est insuffisant.