Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de Wulfen par Priad

Publié le Dimanche 18 mai 2014 | 3 révisions avant publication | 1 correction après publication

J’aperçois ses pupilles se dilater. Il est là bas maintenant. Il est de retour sur Voidsoul avec ses frères.
 — Nous sommes arrivés et les portes se sont ouvertes. Par le trône de Terra, je ne peux pas… Je n’ai pas les mots.
Il pense, il se souvient. Ses sourcils se plissent.
 — Le ciel…bouillant et couleur de sang. Tout l’endroit se met à sentir. D’abord le métal chauffé et ensuite une odeur de fumée. Je ne pouvais pas entendre quoi que se soit, rien sur la communication vox, ni personne d’autre. Le cri vous pousse à vous boucher les oreilles, à vous recroqueviller. L’air lui-même criait. Vous comprenez ? L’air criait.
Je me prépare à lui répondre, car j’ai vu des hommes perdre leur raison durant les interrogatoires. Je ne veux pas le tuer à moins que ce ne soit nécessaire. Je commence à sentir un vestige de pitié pour cet homme et se qu’il me raconte. Aucune personne ne devrait jamais être témoin d’une chose pareille.

En tant que lecteur assidu du roman Le Sang D’Asaheim de Chris Wraight, j’avais remarqué la sortie de cette nouvelle en me demandant quel ajout l’auteur avait voulu faire à son histoire. Habitué à la politique Black Library et à la sortie de ces nouvelles s’entremêlant à une saga pour vous en offrir un tout plus complet, je m’attendais plutôt à ce que Wulfen  soit une transition avec le tome 2, Stormcaller dans son titre original. Et bien j’avais tort, la nouvelle n’étant pas réellement liée au premier tome de la saga des Space Wolves. Pourtant on ne pourra pas vraiment dire d’elle qu’elle est hors sujet non plus mais il est vrai que l’auteur aurait pu faire d’avantage de lien avec son roman.

Cela ne nous empêchera pas de profiter de cette sympathique histoire mettant à l’honneur les Wulfen. Loin de camper le rôle principal, les Wulfen feront tout de même une apparition honorable. Vous n’en apprendrez pas plus sur ces derniers néanmoins, l’auteur ayant avoué sur son blog qu’ils sont un élément fascinant de l’univers Warhammer 40K mais que ce sont leurs mystères et leurs ambiguïtés qui les rendent intéressant. La nouvelle ne se concentrera donc pas sur la transformation de ces Space Wolves en Wulfen, ces fils de Russ dont l’absorption du Canis Helix a créé une faille dans la stabilité de leurs gènes. A la place vous revivrez la panique d’un homme ayant été témoin du déferlement et de la folie des Wulfen, au travers d’un interrogatoire mené par l’Inquisitrice Damietta.

Avec un titre pareil le récit me semblait assez prévisible et il n’était pas difficile de deviner que cette attaque ait été menée par les Wulfen. Cependant l’auteur n’aura bien évidement pas ignoré ce point lors de l’écriture de sa nouvelle et c’est la raison pour laquelle la fin apportera un élément inattendu qui saura bouleverser notre Inquisitrice. La fin arrivera d’ailleurs trop vite selon moi, le problème étant principalement du aux obligations éditoriales telle que la longueur de l’histoire. Une impression qui ne fut pas sans me rappeler Wolf’s Claw avec sa superbe ambiance s’étant vu entamée par sa fin plutôt abrupte.

Le personnage de l’Inquisitrice sera le profil même de la femme forte qui connait le prix à payer pour survivre au sein même de l’Imperium et les découvertes impliquées par son interrogatoire secouera les fondations de ses croyances. Mais abandonner n’est pas dans les habitudes de l’Inquisition et alors que le récit s’intensifiera, le lecteur ressentira cette sensation de mouvement, et de prise de conscience.

Wulfen n’est pas véritablement un récit sur les Space Wolves mais peut être d’avantage sur l’Inquisition, comme l’était Hunted de John French avec son usage de l’Alpha Légion en fond. La preuve qu’un récit peut mixer habilement plusieurs thèmes de 40.000.

Les plus

  • Un mélange équilibré de Wulfen et d’Inquisition.
  • Un interrogatoire prenant et des dialogues captivants.
  • Un style percutant et le vrai sentiment d’un récit qui s’intensifie jusqu’au final.

Les moins

  • Un lien très superficiel à la trilogie Space Wolves.
3.5/5
Chris Wraight n'en finit pas d'étoffer le portrait qu'il dresse des Space Wolves et ce à travers le regard d'un homme ayant pu témoigner de leur instabilité. Les Wulfen sont une menace qu'il ne faut pas sous-estimer.