Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de Butcher's Nails par Drystan

Publié le Mardi 17 juin 2014 | 9 révisions avant publication | 4 corrections après publication

Après s’être essayé avec brio au traitement de la légion de Lorgar dans Le Premier Hérétique, Aaron Dembski-Bowden se voit confier via Butcher’s Nails la paternité de la XIIème Légion dans la grande saga qu’est l’Hérésie d’Horus. Alors que jusqu’ici les audio consacrés aux World Eaters étaient le fait d’Anthony Reynolds avec notamment Chosen of Khorne. Autant vous annoncer tout de suite que cet audio  drama n’est qu’une prémisse aux événements narrés dans le roman Félon.

Concernant le contexte, nous apprenons d’entrée que c’est sous l’injonction d’Horus lui-même que deux primarques, Angron et Lorgar, sont en route vers l’Ultima Segmentum et particulièrement Ultramar. Rien que cela apporte une preuve de l’autorité dégagée par le Maître de Guerre sur ses semblables. Parvenir à associer deux Primarques possédants chacun une vision et un caractère aux antipodes de l’autre est, le témoignage de la force de volonté et du bon vouloir d’Horus. Afin de situer, les événements narrés dans Butcher’s Nails ont lieu approximativement au même moment que ceux narrés dans le roman La Bataille de Calth.

Nous arrivons donc au scénario, celui-ci s’appuie sur plusieurs ficelles narratives que l’auteur va astucieusement tirer. Commençons d’abord par l’inimitié entre les deux légions, renforcée par le dédain qu’éprouve Angron envers son frère. Le caractère borné de ce dernier n’aidant pas. C’est ainsi que d’entrée, nous sommes plongés dans une ambiance à couteaux tirés : les deux flottes menées par les vaisseaux amiraux respectifs, le Conqueror et le Fidelitas Lex, étant à deux doigts d’ouvrir le feu l’une sur l’autre. Seule l’intervention d’une flottille Eldar s’en prenant directement au Conqueror évitera le bain de sang.  Tout l’audio repose sur ces faits, comment les deux flottes en sont arrivées là ? Pourquoi les Eldars sont intervenus ? Autant de questions auxquelles vous trouverez réponses.

Le spoil  est aisé tant cet audio offre des clés pour la lecture de Félon, j’aimerais donc m’attarder sur l’ambiance et l’immersion. N’étant pas aussi habitué que mes camarades à ce format, Butcher’s Nails est sans équivoque le plus immersif qu’il m’a été donné d’écouter. Sachez que vous serez plongés durant plus d’une heure dans les entrailles d’un vaisseau  pris en pleine bataille spatiale, les voix mécaniques des serviteurs, le son des armes eldars ou de celles d’un navire space marines, le bruit des réacteurs… Tout y passe pour que vous soyez transportés. Concernant les voix, j’ai réellement apprécié la performance des acteurs, mention spéciale pour Khârn et son accent à moitié russe, renforçant le côté brutal et rude. Mais que dire des voix de Lorgar et Angron, l’un stoïque, mûr et presque froid, l’autre respirant la folie, la douleur sans parler de ses horribles reniflements. Un véritable travail a été mené pour que l’on puisse identifier instantanément chaque personnage.

J’ai réellement apprécié cet audio drama, et ce pour plusieurs raisons. D’une part les personnages, ils seront peu à être dans la lumière et pour une fois tant mieux. Entre le charisme dégagé par les deux Primarques, une humaine est parvenue à attirer toute ma sympathie. Le capitaine Lotara Sarrin, aux commandes du Conqueror, une chose et sûre, ce petit bout de femme en a plus que vous et moi dans le ventre, c’est une certitude et vous serez surement heureux de la retrouver dans Félon. Dans une moindre mesure que les trois personnages cités précédemment, Khârn et Argel Tal seront présents pour notre plus grand plaisir mais malheureusement trop tardivement à mon goût.
Enfin, bien que l’audio repose principalement sur le personnage torturé d’Angron, c’est l’esquisse proposée par ADB de sa relation avec Lorgar qui a retenu toute mon attention. Alors que ces derniers sont sur le point d’effectuer un bain de sang entre leurs légions, ils finiront, sous la menace d’un ennemi commun, par combattre l’un à côté de l’autre, en frères.

La façon dont Lorgar se montre patient et soucieux des dégâts causés par les griffes du boucher dans l’esprit de son frère est troublante, cette sensation sera décuplée après qu’un Eldar eut parlé d’une prophétie impliquant un fils du Dieu du sang et un chemin pavé de crânes.

L’audio s’articule autour d’un Angron affaibli par des saignements, que ce soit ses mâchoires ou son nez, ou encore par l’omniprésence des griffes qui ne relâchent que très rarement leur étreinte, l’empêchant même de dormir. C’est uniquement dans la fureur totale du combat qu’Angron se retrouve en paix c’est d’ailleurs lors d’un combat qu’enfin son esprit se relâche et nous emmène quelques mois auparavant aux prémisses de la divergence entre World Eaters et Word Bearers.

Avec brio, Aaron Dembsky-Bowden est parvenu à me faire changer d’avis sur Angron. Alors que je voyais ce Primarque comme une simple brute sanguinaire, sa longue tirade sur les griffes et la douleur qu’elles occasionnent mais également leurs avantages l’a rendu à mes yeux plus crédible car lucide sur ce qu’il est. Sa vision sur la rage qui pour lui est la justification de toute chose est intéressante.

Finalement, Angron ainsi que sa Légion et les navires à sa disposition semblent de l’extérieur être sauvages, de véritables brutes sanguinaires, massacrant sans but réel. C’est effectivement peut-être le cas, mais sous cet aspect primitif se cachent des armes redoutablement efficaces.

Les plus

  • Deux primarques et pas n'importe lesquels.
  • Le personnage de Lotara qui apporte un véritable vent de fraicheur au milieu de tous ces surhommes.
  • L'atmosphère très tendue au début de l'audio.
  • Des questions ET des réponses.
  • Un scénario riche et maîtrisé.

Les moins

  • La faible présence de Khârn et Argel Tal, mais ils auront leur place dans Félon.
4/5
Aaron Dembski-Bowden s'attèle ici à un véritable travail de sape pour son roman consacré aux World Eaters, bien que non indispensable à la lecture de ce dernier, Butcher's Nails apporte un véritable plus pour appréhender pleinement Félon.