Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de L’Architecte du Destin par Priad

Publié le Mercredi 28 août 2013 | 5 corrections après publication

Colophon se dirigea vers l’adepte qui avait du mal à rester debout.
 — C’est ce que j’ai lu dans son esprit, expliqua t-il. Il ne pense qu’à ça : ils ont tous hurlé le même nom.
Cyrus regarda de nouveau l’adepte et lut sur ses lèvres le nom qu’il essayait de prononcer. Il sentit un frisson lui parcourir l’échine lorsqu’il articula à haute voix : Le Tisseur de Destin.
L’adepte hocha la tête et écarquilla davantage les yeux.
Cyrus se souvint de l’enregistrement et de ces visions qui le torturaient. Tout se déroulait comme il craignait. Le démon allait venir détruire cet endroit, ajoutant ce méfait à une liste interminable.
Vais-je échouer, ou vais-je parvenir à tromper le destin ? se demanda t-il.

L’Architecte du Destin est le premier roman Space Marine Battles à se présenter comme un recueil de nouvelles. Au nombre de 4, ces dernières aborderons tour à tour différents Chapitres, tels que les Star Dragon, Relictors, Imperial Fists ou encore les White Consuls. Les nouvelles sont en premier lieu sorties en VO sous format ebook avant de se retrouver éditer par Christian Dunn dans le dit recueil. Le choix de réunir de telles nouvelles n’a pas été laissé au hasard puisque chacune d’entre elle mettra en avant cette idée de destin et d’issue inéluctable.

Kairos le Tisseur de Destin est donc bien au centre du roman, mais ce maitre de la manipulation apparaitra d’avantage comme un prétexte à ces récits d’aventure plutôt qu’en tant que Démon auquel faire face. Alors qu’il arrive qu’une nouvelle ressorte davantage au sein d’un recueil de part son originalité, il apparait ici que chaque histoire a sa place, avec ses forces et ses faiblesses. Je tiens donc à souligner que j’ai effectivement ma favorite, mais qu’elle ne devance pas de beaucoup les autres du recueil.

Malédiction Eternelle — S.P. Cawkwell

Le Malédiction Eternelle est un vaisseau fantôme que nul n’est parvenu à arrêter jusqu’alors. Lorsque l’Inquisition envoie pour ordre aux Star Dragons de se joindre à elle pour tenter de pénétrer ce vaisseau et le purifier du démon qui s’y loge, le sang des Star Dragons ne fait qu’un tour. D’autant plus qu’une de leurs dettes se doit d’être effacée à l’issue de cette mission s’annonçant à première vue sans réel danger. Cette première nouvelle ouvre parfaitement le recueil. Classique, elle n’en apporte pas moins un certain contexte et nous met dans l’humeur pour faire face au Destin.

Difficile de décoller cependant tant le schéma suivi nous apparait dans son entier dès les premières secondes. Un sentiment que les lecteurs de La Faille de Gildar reconnaitront. Nous tombons malheureusement dans le déjà-vu et les quelques scènes de combat sont loin de relancer l’intérêt du lecteur face à la bêtise de certains protagonistes. Les bases sont donc posées, espérons que le reste nous apporte plus d’excitation.

Sanctus — Darius Hinks

Cette seconde nouvelle marque une certaine différence avec la précédente. Tout d’abord il semble y avoir plus de personnages et aussi plus de profondeur à cette trame qui jusqu’à présent ne nous avait pas permis d’évaluer le niveau global du recueil. Un bon point pour ce nouvel auteur qui tente une histoire plus sombre, mettant au cœur de celle-ci le chapitre des Relictors dans une course contre la montre pour poser la main sur une mystérieuse relique avant qu’un Exterminatus ne soit lancé sur la planète. S’opposant à la Black Legion, les Relictors devront avancer seuls et tenter de comprendre à quoi ils font face, car le Destin peut avoir différents visages, parfois inattendus.

Sanctus prend donc la tête avec son scénario dont les tenants et aboutissants se révèleront peu à peu. Un nouvel auteur aux bonnes idées et plein de bonnes intentions, qui aura malheureusement un peu de mal à maitriser la complexité de son récit à certains moments.

Volonté Implacable — Ben Counter

Auteur de La Galaxie en Flamme, Ben Counter fait plutôt office de mauvais élève dans ce recueil. Sa nouvelle aurait clairement était à la dernière place s’il ne nous avait pas offert ce twist final qui donne l’entière saveur à son histoire. S’opposant aux Iron Warriors, Lysander Capitaine renommé des Imperial Fists devra défendre un vaisseau d’une taille gigantesque contre la destruction. L’originalité reposera ici sur les méthodes utilisées par notre héros pour combattre ce mal, mais à quel prix ? Ne vous attendez pas à beaucoup de changements lors de la lecture, cette nouvelle s’inscrivant bien avec les deux autres, trop bien peut être.

Le Tisseur de Destins — John French

Acclamé pour son livre Ahriman L’Exilé, John French n’en est pas moins qu’à ses débuts. C’est donc avec curiosité que j’ai abordé sa nouvelle. Ne dénotant pas avec les précédentes cette dernière accueille pas mal de combats bien maitrisés mais est surtout la plus pertinente car elle met véritablement au centre de l’histoire le Démon Kairos jusqu’à présent plus sous entendu que réel acteur. Les White Consuls répondront présents lors de cette mission de défense planétaire, faisant face au Tisseur de Destins mais pas seulement car la prédiction d’un exterminatus pourrait bien s’avérer vrai (une impression de déjà-vu). Ce récit de bataille assez convenu nous interrogera à plusieurs niveaux cependant avec ses petits mystères, car le sauvetage n’aurait il pas été planifié ? Et dans quel but ? Une bonne nouvelle qui saura étonner par sa fin.

Malheureusement comme l’étonnement n’est pas toujours signe de réussite je dois dire avoir trouvé celle-ci assez facile et proche de l’absurde. (vos commentaires sont toujours les bienvenus). Sans grand intérêt au premier abord, ce recueil me fut plus appréciable en le percevant comme une manière de vivre 4 aventures au même moment, dans 4 coins différents de la Galaxie. Malgré de rares liens entre les nouvelles, le recueil aurait gagné en surprises en nous offrant des histoires plus différentes mais complémentaires. Après lecture, il semble se dessiner un modèle commun à tout cela, comme si les 4 auteurs avaient reçu une marche à suivre avec comme nécessité d’inclure dans leur récit un peu de chaos, d’inquisition, de vaisseaux perdus dans le Warp saupoudré de Mechanicum ou Astropathe.

On finit par trouver de tristes ressemblances qui loin de nous faire voyager nous font ressentir une vilaine impression de déjà-vu page après page. Conscient que Sanctus est loin d’être la meilleure nouvelle, ce fut pourtant celle à laquelle je repensais le plus après lecture et qui titilla le plus ma curiosité vis-à-vis du Chapitre mis en avant, et vous ?

Meilleure que La Purge de Kadillus en comparaison, L’Architecte du Destin s’adressera aux fans de Space Marines appréciant les scènes de bataille sur terre, comme dans l’espace. Certaines nouvelles sauront vous surprendre, mais nous sommes loin de Flesh of Cretacia, pouvant boxer dans la même catégorie et surclassant en tout point ces quatre nouvelles.

Les plus

  • L’opportunité de lire quatre auteurs.
  • L’action globale qui jamais ne faiblit et satisfera le fan de bolter.
  • L’utilisation de Chapitres peu abordés (avec un plus pour les Relictors).
  • Des fins aux conséquences différentes.

Les moins

  • Quatre nouvelles, un même ennemi.
  • Des Space Marines idiots ayant habituellement bien plus de profondeur dans la saga de l’Hérésie d’Horus.
3.5/5
Peu fan des romans SMB il m’est difficile de rester objectif, mais il reste l’un des meilleurs que j’ai pu lire. Un bon roman donc, mais qui souffrira de sa trop grande homogénéité.