Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de Renegades of The Dark Millennium par Drystan

Publié le Dimanche 16 mars 2014 | 11 corrections après publication

Les yeux se tournèrent vers le ciel. La pluie de météorites illumina les nuages alors qu’elle les traversait. La chute de ces obscures nébuleuses commença à faire danser une lumière aveuglante, la violence de ces météorites pénétrant l’atmosphère offrant un superbe spectacle d’ombres. C’était une incroyable vision. Le firmament rayonna. Ce fut la chose la plus magnifique qu’ils n’aient jamais vu. Ce fut aussi la dernière.

The Renegades of the Dark Millenium est un recueil de nouvelles qui fut remis à l’entrée du Warhammer World durant le Black Library Live 2014. Au menu de ce hardback, 124 pages de nouvelles sur les renégats du 41ème millénaire, mais aussi des previews et quelques pistes sur de futurs romans. Nous sommes bien loin du chapbook  offert l’an passé contenant deux nouvelles sans trop d’inspiration ni saveur qu’étaient A Ghost Return et The Fissure.

Bring the Night – Rob Sanders

Rob Sanders nous offre une bien bonne entame pour ce recueil, avec une planète impériale isolée à la bordure de la galaxie, une garnison fatiguée, et un évènement qui va à jamais changer leurs vies.
La nouvelle peut se résumer à ces trois faits, et alors que nous vivons l’action par le biais du Gouverneur et Lord Marshal Sheremetev, les soldats sous ses ordres s’enfoncent progressivement dans l’oisiveté. Seule l’annonce d’une pluie de météorites va les sortir de leur quotidien. Cependant, ce phénomène spatial sera la dernière chose qu’ils verront, l’intégralité des habitants de la planète étant devenus aveugles après son passage.

Ils s’enfonceront alors vers une mort lente car incapable de s’habituer à leur nouvelle condition, mais l’espoir renaitra lorsque un thunderhawk atterrira. Pour Shremetev cela ne fait aucun doute, la Viper Legion, chapitre le plus proche de leur planète arrive à leur secours. Cependant, c’est en entendant le massacre de ses hommes que le gouverneur se rendra compte de l’ampleur de son erreur, sa terreur décuplée par le fait de ne pas pouvoir contempler la mort de ses propres yeux…

Cette première nouvelle, que je qualifierais de bien ficelée, se suffit en elle même, car elle possède un début, une intrigue dévoilée et une fin, la pluie de météorite n’étant que l’élément déclencheur. L’auteur joue parfaitement avec ce qui fait la réputation des Night Lords, la peur qu’ils engendrent. On retrouvera le même esprit que dans la trilogie sur les Night Lords d’ADB, avec ici le test d’une nouvelle arme apportant l’obscurité sur ses victimes. L’ampleur du machiavélisme des fils de Curze sera dévoilé en fin de nouvelle, avec une sublime dernière réplique émanant d’un Night Lord, et non dénuée d’un humour noir, bluffant le Rob Sanders.

The Surest Weapon – Nick Kyme

fait inhabituel, Nick Kyme, l’expert en Salamanders s’essaie ici aux Marines Malevolent. Nous les avions déjà croisés dans le roman Salamander lors de la fouille de l’Archimedes Rex, leur manque d’humanité avait alors été assez marquant. Après lecture de cette nouvelle, leur alignement est d’autant plus flou et au premier abord je pensais avoir affaire à un chapitre renégats tant leurs méthodes sont peu orthodoxes. Nous suivrons Vadeth, frère de bataille peu scrupuleux dont le seul et unique but est de parvenir à intégrer les rangs des Vilifier, l’élite du chapitre.

Notre première rencontre avec lui se fera en captivité, alors qu’il sera attaché avec deux autres prisonniers xenos. La mémoire reviendra petit à petit jusqu’au moment où le voile sera complètement levé et que Vadeth découvrira la supercherie de toute cette mise en scène, sensée lui enseigner une leçon sur ce qu’est l’arme la plus sûre d’un Marine Malevolent.

Une intrigue qui saura vous tenir en haleine, avec un bon background, et de nombreuses questions. J’ai l’impression qu’un fragment d’un avatar de Khaine tient un rôle non négligeable ici, à suivre donc, d’autant que l’auteur a confirmé qu’il allait continuer d’écrire sur ce chapitre !

Abaddon : Chosen of Chaos – Aaron Dembski-Bowden

Malgré le titre très accrocheur, le maître de guerre ne sera pas le principal protagoniste de cette très courte nouvelle. Ce sera plutôt un moyen de vous préparer à la preview qui suit, un extrait de Talon of Horus.
L’atmosphère sera à la fois très pesante et stressante, donnant l’impression d’être dans l’antichambre du mal.
Abaddon agira en chef de guerre, son charisme sur ses rares prises de parole étant incroyable.

La scène est simple, vous serez en présence du cercle intérieur de la Black Legion, avec l’Ezekarion, les gardes du corps et les plus fidèles serviteurs d’Ezekiel Abaddon, les rares hommes qui pouvaient se prévaloir de l’appeler frère. Entre les mains d’Abaddon, un capitaine loyaliste sera questionné avant sa mise à mort.
Seulement trois pages, mais j’ai eu l’impression que chaque fait comptait, une très bonne performance.

The Talon of Horus (extrait) – Aaron Dembski-Bowden

La nouvelle précédente n’avait pour but que de nous présenter Iskandar Khayon, natif de Prospero, sorcier de la Black Legion et accessoirement connu auprès de ses frères pour être le Space Marines qui a mis Magnus le Rouge à genoux. C’est ce personnage qui sera le protagoniste principal du roman The Talon of Horus et c’est à travers ses souvenirs que nous découvrirons la fin des Sons of Horus et la naissance de la Black Legion, un programme alléchant.

Je ne souhaite pas vous en dire plus pour ne pas gâcher la surprise, mais les 22 pages d’extrait d’Aaron Dembski Bowden annoncent ce qui semble être une merveille, avec un personnage ultra charismatique à une époque mouvementée (sous fond de XIIIème croisade ?), des personnages secondaires qui changent du commun (comme Gyre, la créature-loup psychique de Khayon), des révélations… Le mélange détonnant qui me fait penser que ce roman sera une petite révolution.

Doubt Begets Heresy – Gav Thorpe

Bien que Gav Thorpe soit un auteur que j’apprécie, cette nouvelle est ‹la›, si ce n’est l’une des plus mauvaise du recueil. Premier mauvais point, les protagonistes ne seront pas identifiés et aucun indice sur le chapitre auquel ils appartiennent ne vous sera donné, la seule information étnat que ce sont des renégats. L’histoire est plutôt bâclée et se concentrera sur des luttes intestines pour le pouvoir d’une de guerriers. Alors que la tension monte pour savoir qui remplacera le leader blessé au delà du raisonnable, l’apothicaire fera un pacte avec une entité du Warp pour le sauver.

Sur le papier le scénario est adapté pour une nouvelle si courte, mais le manque d’indications concernant les personnages freinera votre imagination, pas étonnant lorsque l’on sait que Gav Thorpe a confessé de ne pas aimer écrire sur les renégats.

The Blood of Sotha – L J Goulding

A ma connaissance, c’est la première fois que je lisais quelque chose de cet auteur. Goulding s’est finalement révélé intéressant, et ce pour plusieurs raisons.
Tout d’abord, sa nouvelle se démarque du recueil car elle met en scène un chapitre loyaliste, les Scythes of the Emperor. Chapitre successeur des Ultramarines, issu d’une fondation inconnue, les Scythes vont subir de plein fouet la fureur de la flotte ruche Kraken. Suite à la destruction de leur monde d’origine, on estimera les survivants à un peu plus d’une centaine de Space Marines. C’est peu après la destruction de Sotha que nous ferons connaissance avec le frère capitaine Vosok Dall.

Alors que son chapitre se remettra tout juste de sa quasie-extinction, Vosok Dall préfèrera laisser libre court à sa haine. Il est en fait l’un des seuls Space Marine du Chapitre à avoir obtenu le rang de frère capitaine sans être originaire de Sotha. Son parcours fut laborieux et semé d’embûches, les natifs de Sotha ayant toujours été favorisés par le chapitre alors que les recrues d’autres mondes en bavaient. Ce clivage entre les natifs du monde d’origine et les autres au sein du Chapitre accentuera le ressentiment de Vosok Dall, au point qu’il n’aura plus que du mépris pour ses frères ayant été incapables d’empêcher la disparition de leur monde d’origine. La vengeance et le massacre de ses frères sera alors sa seule échappatoire.

Histoire bien ficelée sur un chapitre peu connu (qui a toujours attisé ma curiosité), j’ai vraiment été satisfait de cette nouvelle. Le thème m’a plu, ainsi que la narration. Il ne reste plus qu’à cet auteur méconnu d’avoir sa chance et de nous proposer un roman sur Vosok Dall que je m’empresserai de lire !

The Corpse Road – Graham McNeill

Qu’il est bon d’avoir des auteurs tels que Graham McNeill dans ce recueil, l’homme ayant le don de réutiliser ses personnages d’une histoire à l’autre. Il tisse tellement bien les interactions entre les héros de ses différents romans que j’en viens à me demander s’il ne serait pas un Duc du Changement déguisé en humain…

Néanmoins, nous avons affaire à une nouvelle assez classique et pauvre en rebondissement dans l’ensemble. Nous suivrons un équipage humain encadré par trois Ultramarines, alors qu’il suive la trajectoire de la route des corps  dans leur vaisseau impérial. La routine se fera sentir, mais une anomalie viendra enrayer cette machinerie bien huilée. L’anomalie se nommera Honsou, et c’est l’une des deux choses à retenir de cette nouvelle, avec le fait que ses plans donneront un indice sur ce qui sera peut être le futur roman de Graham McNeill avec Honsou en principal protagoniste. Ce dernier ne cherche en vérité plus à se venger d’Ultramar mais souhaite simplement retourner sur Medrengard, son retour sur le formidable monde bastion de la légion des Iron Warriors n’ayant pour seul but que de rencontrer Perturabo, son Primarque.

C’est donc une nouvelle caractéristique du style de Mr McNeill que nous avons là, le style ne dévie pas de ce que l’auteur à l’habitude de faire, et le scénario s’inscrit dans la continuité des romans précédents. Tout ça pour nous offrir une révélation finale plus qu’appréciable. 

King of Ashes – John French

Tout comme la nouvelle Abaddon : Chosen of Chaos  l’était pour The Talon of Horus, King of Ashes  est une introduction à l’extrait d’Ahriman. Elle permettra de vous donner le point de vue d’un personnage qui aura son importance dans le tome 2 de la série sur Ahriman. Comme vous devez vous en douter, Le Roi des Cendres n’est autre que Magnus le Rouge. Cette nouvelle dépeindra la rencontre entre le fils banni et son père sur un autre plan d’existence. Comme toujours avec les Thousand sons, le mystère et  l’intrigue se font sentir en arrière plan.

Le style de John French est excellent et il nous offrira en plus une révélation concernant Ahriman. Ce dernier reviendrar sur la planète des sorciers où il apportera la guerre. De quoi nous laisser entrevoir une confrontation «père/fils» dans Ahriman : Sorcerer.

Ahriman : Sorcerer (extrait) – John French

Second extrait du recueil, et par conséquent nouvelle un peu plus longue que les autres, le scénario sera coupé en deux. Dans la première moitié, Ahriman se fera chasser par une meute de Space Wolves, sa capture étant devenue un impératif synonyme de salut pour leur âme.
Encore une fois les Space Wolves sont parfaits dans le rôle des chasseurs, prêt à tout pour mener à bien leurs missions.

La seconde partie mettra en lumière Ahriman en fuite (comme souvent). Le mystère colle à la peau de cet anti-héros, qui provoque des sentiments contradictoires chez le lecteur. Il peut à la foi être noble mais impitoyable, et l’on a souvent envie qu’il ne parviennent pas à ses fins. d’un autre côté, la curiosité nous amènera aussi à vouloir percer les mystère de l’univers avec lui. Cette nouvelle est à l’image du personnage, elle nous en dévoile juste assez pour nous donner envie de lire le roman.

Imperfect End – Andy Smillie

Après lecture de cette nouvelle je comprends pourquoi Andy Smillie est l’un des auteurs favoris de Priad. Avec son histoire, nous vivrons les dernier instant d’un prince (démon ?) Emperor’s Children. Ce dernier nous expliquera que son but ultime fut d’offrir la mort un adversaire capable de s’opposer à ses talents d’escrimeurs. Son ego démesuré ira jusqu’à imaginer que seul tuer l’Empereur aurait été la mort parfaite.  Lassé de sa quête il décidera de s’offrir lui même la mort, mais, sa surprise se mêlera rapidement à l’horreur lorsqu’il découvrira que ses lieutenants l’ont trahi et que la mort parfaite qu’il souhaitait lui a été refusée.

Comme habituellement avec cette légion de déviants, nous entrons de plein pied dans l’horreur et la déchéance, ce qu’Andy Smillie a parfaitement su faire ici. 

End of Night – Ben Counter

Alors que les Night Lords avait l’honneur d’ouvrir le recueil, ils auront aussi celui de le clore. Très différente de la première nouvelle, nous serons cette fois dans l’œil de la terreur aux côtés d’une douzaine de Night Lords menée par Memnogon. Cependant la confiance et la hiérarchie ne vont pas de paire avec les Night Lords, et Memnogon va l’apprendre à ses dépens. End of Night  est une nouvelle courte et efficace avec un style correct. L’auteur a d’ailleurs su  cerner la mentalité Night Lord, tout comme Simon Spurrier avant lui.

Les plus

  • La part belle aux renégats.
  • Une époque souvent trop peu exploitée.
  • La rencontre de chapitres à fort potentiels, Marines Malevolent, Scythes of the Emperor.
  • Deux previews qui laissent entrevoir deux excellents romans.

Les moins

  • La nouvelle de Gav Thorpe qui n'est pas au niveau.
  • La taille des nouvelles qui sont parfois trop courtes.
4.5/5
Ce recueil est la très bonne surprise du Black Library Live 2014, un beau cadeau avec une majorité de nouvelles de bonne qualité.