Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

Critique de Red-Marked par Priad

Publié le Dimanche 3 avril 2016 | 2 révisions avant publication | 1 correction après publication

Sergeant Aeonid Thiel a fait quelques apparitions remarquées depuis le début de la série de l’Hérésie d’Horus, et ce dernier est rapidement devenu un personnage récurrent que l’on croise parfois au détour d’une page comme dans Deathfire, mais il a aussi eu droit à son quart d’heure de gloire avec «Calth that was» de Graham McNeill, une nouvelle publiée dans La Marque de Calth. Plus tard il fut même remis entre les mains de Nick Kyme dans Censure, expliquant l’après chute de Calth. Nous l’y retrouvions à la surface de la planète se battant contre des Word Bearers qui n’avaient plus rien à perdre. Même si cet audio drama n’apportait pas de pierre majeure à l’édifice de l’arc de Calth, il nous permettait surtout de poser une voix sur cet Ultramarine aux méthodes particulières et d’effectuer une transition afin que nous retrouvions notre héros dans Imperium Secundus plus tard.

Thiel est un Ultramarine différent de ses frères, parfois songeur, il n’hésite pas à étudier ses forces et ses faiblesses en tant que Space Marine afin de développer des méthodes et stratégies de combat appropriées. Mais alors que la galaxie est en flammes et que la trahison s’étend au sein de l’Imperium, la vision peu orthodoxe de Thiel lui attire la foudre de ses supérieurs. Tel un paria, son casque marqué de rouge, Thiel n’a jamais faibli et fut même l’acteur d’un évènement héroïque lors de La Bataille de Calth. Ce qui était devenu une marque de honte devint finalement une preuve d’héroïsme, et ce de la bouche même du Primarque Guilliman.

Plus qu’un guerrier Thiel représente pour beaucoup un idéal, un symbole et chacune de ses apparitions dans la série est soignée. Avec Red-Marked (littéralement «marqué rouge»), Nick Kyme nous offre une nouvelle opportunité de retrouver ce héros de l’Imperium dans un audio drama de plus d’une heure. Se situant entre Censure et Stratagem (un court audio drama du même auteur posant les bases du Codex Astartes que l’on connaît aujourd’hui), Red-Marked va nous mener dans la bordure d’Imperium Secundus, une zone qui n’est pas encore entièrement sous contrôle. Thiel, égal à lui-même, va alors remettre en doute la stratégie de défense mise en place par ses frères de bataille, et se retrouvera rapidement dans le feu de l’action, menant avec lui un groupe d’Ultramarines aux casques marqués de rouge.

L’audio drama est bon dans son ensemble et l’on pourra noter un travail particulier fait au son et à tous les autres bruitages. La Black library semble avoir écouté les retours de ses fans se plaignant de sons et ambiances répétés à satiété dans certaines de leurs productions audio. Ici, nous aurons rarement droit aux mêmes sons et la variété sera de mise. Tout comme Templar à son époque (surprenant par son ambiance globale), Red-Marked ne réutilisera pas les mêmes échantillons sonores des armes, donnant tout de suite plus de crédibilité à certaines scènes lors de l’écoute, comme chaque impact sonnera différemment et avec un volume plus ou moins faible par exemple. L’impression que l’audio drama a été édité avec soin est réelle.

De plus, il faudra aussi remarquer plus d’acteurs qu’à l’accoutumée, offrant des interactions moins robotiques mais néanmoins plus de confusion, les voix étant souvent difficiles à différencier. Cela pourrait être un problème d’acteur, comme un problème de narration, car c’est aussi à l’auteur de différencier ses protagonistes de manière à marquer les différences lors des dialogues.

Les auteurs de la Black Library sont d’ailleurs connus pour laisser des notes aux acteurs enregistrant l’audio afin de les guider et surtout de partager leurs visions. Les musiques seront aussi une réelle bouffé d’air, accompagnant l’ensemble de manière dynamique et rythmant certaines scènes manquant de panache. Pourtant les transitions seront parfois expéditives, la musique s’arrêtant trop abruptement. C’est donc un travail sonore en demie-teinte qui a été fait sur cet audio car même s’il faudra reconnaitre que le tout n’est pas exempt de défauts techniquement, la Black Library a réalisé un produit d’un tout autre niveau en comparaison des plus récentes sorties.

En dernier lieu, il faudra aussi accepter un manque d’originalité en ce qui concerne l’histoire. L’objectif n’est clairement pas de vous convaincre du caractère indispensable de l’oeuvre mais davantage de vous divertir, vous offrant une énième fois un audio drama dédié au personnage ô combien charismatique de Thiel. Bien que cet audio sera placera bien entre Censure et Strategem, les conflits en bordure d’Imperium Secundus n’ont jamais fait partie de la storyline principale. Par contre, cela permettra de contextualiser les évènements ayant lieu en parallèle. Il y aura bien quelques surprises pour vous tenir éveillé et la première moitié s’écoutera sans heurts, les yeux pétillants de joie. Mais alors que l’histoire se dénouera lentement, les scènes d’action et autres interactions deviendront plus prévisibles et sans relief. L’audio aurait gagné à être plus court de 30 minutes selon moi.

Finalement, nous aurons du mal à comprendre pourquoi cet audio drama sorti aussi tard alors qu’il se situe avant Imperium Secundus, Deathfire ou encore Pharos. Traiter d’Aeonid Thiel en tant que spin-off est une idée qui a du potentiel, et cela fonctionne d’ailleurs plutôt bien avec Garro, pourtant le timing de cette sortie en surprendra plus d’un, moi y compris. On se demandera vraiment à qui s’adresse Red-Marked car les plus avancés dans la saga ne souhaiteront certainement pas revenir autant en arrière pour écouter cette histoire somme toute classique de bataille à bord de vaisseaux.

Les plus

  • Une ambiance sonore de haute volée.
  • Un narrateur contextualisant l'audio dès son ouverture (sur le fond c'est surement nécessaire étant donné le retard aberrant de cette sortie).
  • Plus de personnages qu'à l'accoutumée.
  • Un Thiel plus vrai que nature, dégainant en premier, posant les questions ensuite.

Les moins

  • Quelques difficultés à suivre les dialogues à cause de voix manquant de différenciation.
  • Arrivé à mi-parcours l'action devient écœurante.
  • Pourquoi une sortie si tard ?
3/5
Red-Marked ne pourra être qu'un bonus au vu de ce qu'il raconte et même si l'histoire fera un grand pas en arrière, son écoute resta une bonne expérience pour moi. Avec les dernières pratiques de la Black Library, nous retrouverons surement cet audio drama en script dans un recueil de nouvelles, un format qui aura bien plus de sens finalement.