Le ReclusiamCritiques des publications et Ebooks Warhammer 40 000 de la Black Library
Navigation
Navigation

L'Écho du Warp #9 : "Révélations"

+++ TRANSMISSION DU PROTOCOLE D’IDENTIFICATION :  INVESTIGATEUR HEIMILH ASTORIAS +++

Émetteur  : Investigateur Heimilh Astorias, Inquisiteur renégat, anciennement affilié à l’Ordo Xenos
Destinataires  :  Reclusiens et autres adeptes
Parchemins étudies : Les fantômes de gaunt/sabbat matter
Date  : 0 006 015 M3

Crédo du jour : « Grand sera le massacre. Doux seront les flots de sang .»

 - Décide-toi l’Inquisiteur. Libères moi ou meurt ailleurs, marmonna Barbaden.

Le Reclusiam m’avait fait comprendre que je n’aurai aucune chance de survie, seul dans ces coursives.
- Et comment puis-je te libérer, Sorcier ?
- Ahhhh…Mais tu l’as déjà fait, Astorias. En ôtant la vie de mes infortunés geôliers.
Il brisa ses chaines sans effort apparent.
- Mais que…? Pourquoi ce chantage inutile ?
- Pour te tester. J’aime bien connaitre celui qui me fait face…avant de le tuer.

Barbaden me regarda droit dans les yeux. J’eus l’impression très nette qu’il cherchait à fouiller mon âme. Son visage était insoutenable. Une caricature de furoncles en tout genre. Mais ce sont ses yeux qui me dérangèrent le plus… d’un bleu vif, pleins de vie. Je crus y déceler de l’amertume, voir de la tristesse. J’étais comme hypnotisé. Soudain, il sortit du sarcophage et s’avança vers moi à pas lent.
Je sentis ma main se crisper sur Crache Cendre. Je savais que je ne ferais pas le poids contre un Marine de la Death Guard, cette légion maudite de la pire des façons qui soit. Déchéance, souffrance, et pourriture, je n’avais jamais croisé la route des Marines de la Peste, et je m’en félicitais. Ils m’inspiraient encore plus de terreur que les Noises Marines. J’aurais aimé les étudier confortablement installé dans ma cabine du Lux Tenebrae, pas en faisant face à l’un des leurs dans un charnier.

- Allons rejoindre ton escouade, siffla-t-il.
Je restais figé, complètement perdu. Barbaden se montra plus pressant.
- En route Inquisiteur. Je te tuerai plus tard, peut être. Tu es loin d’être le premier sur ma liste.
- Attends. Tout à l’heure tu m’as fait comprendre que j’ignorais dans quel vaisseau je me trouvais ! Je l’arrêtais.
- En effet, c’est indéniable.
- Alors où sommes-nous vraiment ?
- Dans un vaisseau d’apparence Space wolf.
- Oui, ça je le sais.
- Non ! Tu ne sais rien ! Suis-moi, je vais te montrer.

Nous quittâmes le puits de souffrance sans mot dire. Malgré son imposante carrure, il se déplaçait vite. Nous traversions des coursives encombrées de corps putréfiés. Je reconnu des uniformes de gardes impériaux. Au passage, je saisis un fusil radian laser. L’avoir en main me procura un sentiment de sécurité. Il m’offrira quelques secondes de répit, pensais-je.
Soudain, Barbaden s’arrêta devant deux cadavres Space Wolves et m’interpella :
- Que vois-tu, Astorias ?
- Deux Space wolves morts.
- C’est ce qu’on veut nous faire croire.

Il saisit son poignard de dotation et s’agenouilla près des cadavres. Sans dire un mot, il s’affaira à leur trancher la tête. Puis il secoua les casques afin d’en faire tomber le contenu.
- Alors, que vois-tu maintenant ?
- Deux têtes de Marines… ils sont glabres et n’ont pas les traits sauvages des Space Wolves. Ce ne sont pas des fils de Russ.
- Assurément. Ce sont ceux du Lion. Nous sommes sur un vaisseau appartenant aux Dark Angels.
- Mais ça n’a pas de sens.
- Je vois que tu n’as pas saisis le but de ta présence et de celle de tes compagnons. Ces Dark Angels ont abjuré l’Empereur bien avant toi. Ils sont pourchassés par leur chapitre d’origine, et usent de tous les subterfuges pour demeurer introuvables. Ce vaisseau n’est qu’une de leur cachette.
- Mais pourquoi se faire passer pour des Space Wolves ?
- Tu comprendras plus tard. Nous ne sommes pas seuls.

Barbaden avait senti quelque chose. Il resta planté, sans un bruit, en plein milieu de la coursive, sans chercher à se mettre à couvert. Il semblait attendre l’ennemi. Pour ma part, je n’avais rien décelé de particuliers. Je me tenais agenouillé, la joue collée contre mon fusil radian, tout les sens en éveil. Je promenais le bout de mon canon dans tous les recoins. Je tâchais de me rappeler des conseils glanés dans les manuels de survie de l’académie. Aucun ne me revint en mémoire.

« Cherche quelque chose qui t’inspire confiance »

Ibram Gaunt du 1er et Unique de Tanith !
A lui tout seul ce nom fit bomber ma poitrine de fierté. J’avais admiré chacun des nombreux faits d’armes de ce régiment, recensés avec soin par le Maitre-Archiviste Abnett. Il m’avait fallu plusieurs années pour en faire le tour, mais j’y avais pris un tel plaisir que je pourrais encore aujourd’hui réciter l’effectif complet de ce prestigieux régiment.

La Garde Impériale compte son lot de héros flamboyant : Creed, Yarrick, Straken, Macharius, Cain…mais aucun n’arrive à la cheville du Colonel Commissaire Ibram Gaunt. Sa longévité, son aptitude au commandement, sa clairvoyance et son ouverture d’esprit demeuraient sans équivalents. Il fallait au moins ça plus quelques verres d’Amasec pour commander sans accroc les fantassins-éclaireurs de Tanith!

Le rouleau nommé Sabbat Mater m’avait marqué particulièrement. L’excellence de ce régiment l’avait conduit à assurer la sécurité d’un personnage hautement important menacé par Le Pacte du Sang d’Urlock Gaur. Ce dernier n’avait pas voulu prendre de risque, et avait monté une équipe d’assassins impressionnante. Ces hauts faits, particulièrement héroïques, avait nourri mon âme avide de sensation et de noblesse.
Je recommande à tout adeptes de notre siècle l’étude du 1er et Unique de Tanith, quelque soit votre allégeance. Quelle impardonnable faute ce serait que d’entretenir l’ignorance. Une faute souvent commise par les loyalistes, il est vrai. l n’y a pas suffisamment de superlatif en haut gothique pour décrire convenablement l’odyssée des Fantômes de Gaunt : Hlain Larkin, Colm Corbec, Elim Rawne, Oan Mkoll, Brin Milo, Tona Criid ou Dorden… Que ceux qui ignorent ces noms prennent conscience de leurs étourdissantes lacunes.

« Inspire-toi de Gaunt. Reste calme. Analyse la situation. Un problème après l’autre »  me dis-je.

Je n’entendais que le souffle de ma respiration. Barbaden n’avait pas bougé d’un iota. Le temps semblait suspendu. Soudain une décharge de laser le percuta de plein fouet. Il vacilla à peine. Une deuxième suivie rapidement. Le Death Guard l’encaissa sans sourciller et se mit à avancer vers l’origine des tirs.

« Reste derrière moi Astorias ! »

Je me mis à couvert derrière lui. Il me donna l’impression d’évoluer derrière un Baneblade. Il essuyait chaque tir sans vaciller, toujours en avançant vers l’ennemi. Soudain, il chargea droit devant lui. J’entendis un énorme fracas de céramite. Barbaden avait percuté le tireur. Je m’avançais en pointant mon fusil vers lui. Un Space Marine en armure noire, sans aucun insigne. Bien qu’impressionnant, il n’avait pas la carrure de Barbaden. Ce dernier l’avait violemment plaqué au sol, et se relevait déjà. Encore sonné, le Marine en armure noire tentait de se relever lui aussi…sans succès.
Barbaden leva sa jambe gauche, et écrasa le dos du Marine. Le craquement d’os qui s’ensuivit était épouvantable à entendre. Mais ce ne fut rien comparé au bruit de viande humide que fit sa tête, lorsqu’elle explosa sous la botte droite du Death Guard. Celui-ci s’accroupit, et s’empara de l’arme de son dernier adversaire. Un Bolter Stalker. Une arme rare.

Trois autres géants en armures noires apparurent et se précipitèrent vers nous, chacun une épée tronçonneuse à la main. C’était à moi de jouer. Je conservais étrangement mon calme, analysant la situation. Instinctivement, je pris pour cible l’épée du Marine le plus proche.

« Désarme-le ! »

J’attendis le dernier moment pour être sûr de faire mouche. Presque à bout portant, mon fusil déchargea une salve de laser qui fit voler l’épée du Space Marine. Désarmé, il devint une proie facile pour Barbaden, qui broya son casque d’un seul coup de poing. Les deux autres Marines se mirent instantanément à couvert et dégainèrent leurs pistolets Bolters.

Ils ouvrirent le feu. Une terrible odeur se fit aussitôt sentir suivi d’un vrombissement infernal. Une nuée de mouches grasses s’érigea entre les Marines et nous, encaissant les tirs des pistolets Bolters. Les cadeaux de Nurgle.

« Vite, à couvert ! Cela ne nous protégera pas longtemps » rugit-il.

C’est alors qu’une rafale de bolters lourds inonda la position de nos assaillants, engendrant un vacarme assourdissant. Ils furent noyés sous des milliers d’impact de Bolts.

Mon regard se porta sur Barbaden. Il était aussi surpris que moi. La puissance de feu était phénoménale, même pour un Space Marine. Lorsqu’elle cessa, nous entendîmes un bruit de vérins hydrauliques, suivis de pas lourds… très lourds.

«Un Dreadnought.»

Une voix métallique tonna.

« Où sont les autres, Astorias ? »

C’était Asgeir, le Dreadnought Contemptor Iron Warrior.

- Que fais tu là ? Lui dis-je, interloqué. Je me rendais compte que je n’avais jamais été aussi content de le voir.
- J’ai entendu des tirs de bolter sur la radio. J’ai compris que l’infiltration avait laissé sa place à l’action. Je suis venu y prendre ma part. Où sont les autres ? Et qui est ce porteur de peste ?

Barbaden eut un simple haussement d’épaule :

« Je suis un Marine égaré. Tout comme toi. »

Le bruit caractéristique du chargement des Bolters Lourds d’Asgeir se fit entendre.

- Du calme Asgeir. Il se nomme Barbaden. Nous essayons de rejoindre l’escouade.
- Qui vous a attaqué ? Ce ne sont pas des Space Wolves !
- Ce sont des Déchus, répondit Barbaden. Ils sont là pour vous.
- Une bonne fois pour toute Barbaden, quel est cet endroit ? hurlais-je.
- C’est un terrain de recrutement. Nous sommes en train d’être évalués.
- Par qui ? siffla Asgeir.
- Tu ne devines pas toujours Iron Warrior ? Passer ses journées à creuser des tranchées ne rend pas très intelligent.
- C’est mieux que de pourrir pour l’éternité, vieux furoncle ! rétorqua sèchement Asgeir.
- LAZARUS ! C’est lui qui est derrière tout ça ! Clamais-je.

C’est alors que ma radio se mit à crépiter. Je captais à nouveau.

- Zzzz… ici Linus… Maxilla répondez ! … Linus… Carsten est touché… Yargol, réponds moi ! … suis au poste de commandement… Renfort immédiat…
- Linus, ici Astorias. Je suis avec Asgeir ! Où êtes-vous ?

…zzz…zzz….zzz. Plus de transmission.

- On dirait bien qu’ils sont en difficulté, dit Barbaden.
- Asgeir, peux-tu localiser les membres de l’escouade avec ton sonar ?
- Carsten et Linus sont à 621mètres, Sud/Sud-Est. Yargol est à 362 mètres au Nord. Me répondit-il aussitôt.
- Yargol est le plus prêt de notre position. Rejoignons-le, nous serions plus fort pour rejoindre le poste de commandement, déclara Asgeir.
- Il est en effet plus prêt, mais dans la direction opposée. soupira Barbaden. Vos compagnons arrivés au poste de commandement semblent être sous le feu ennemi.

Il me fallait réagir rapidement.
Filer vers Linus et Carsten, en se passant du soutien de Yargol, si celui-ci était toujours en vie, ou bien faire un détour pour récupérer Yargol, afin de renforcer nos forces pour rejoindre le poste de commandement, en prenant le risque d’arriver trop tard pour Linus et Carsten.

Les soumissions de ce formulaire sont closes.
  • Publié le Samedi 17 janvier 2015
  • 10 révisions avant publication
  • 2 corrections après publication
  • Par ₹ Heimilh ₹